AB Ports accepte l'offre de Goldman Sachs

Le groupe britannique AB Ports a accepté vendredi d'être racheté par la banque d'affaires américaine Goldman Sachs pour un montant augmenté à quatre milliards d'euros mais la banque australienne Macquarie n'a pas encore renoncé à surenchérir.

(afp) Cette dernière a pressé au contraire les actionnaires de AB Ports de ne pas répondre à l'offre d'achat révisée de sa concurrente, dans un communiqué diffusé à la Bourse de Londres.

La nouvelle a fait grimper l'action AB Ports à un record historique vendredi matin, à 922,50 pence. Elle gagnait 3,63% à 913 pence à 09H45 GMT, évoluant au-dessus des 910 pence par action que propose Goldman Sachs.

L'accord entre AB Ports et Goldman, annoncé auparavant, a été trouvé "après mise en concurrence" des deux candidats au rachat et après que la banque eut augmenté une nouvelle fois le montant de son OPA face à la menace d'une surenchère de Macquarie.

Goldman Sachs, associée pour l'occasion au fonds d'investissement canadien Borealis Infrastructure Management et à la société GIC que contrôle le gouvernement de Singapour, a relevé le montant de son OPA de 12,3% au final, de 2,484 à 2,795 milliards de livres sterling (4,062 milliards d'euros).

AB Ports avait rejeté en mars une première offre de Goldman Sachs, d'un montant de 2,24 milliards de livres.

Le consortium emmené par Macquarie, incluant aussi un fonds de pension canadien, tandis que le fonds d'investissement britannique 3i s'est retiré, avait approché AB Ports la semaine dernière avec une offre "d'au moins" 2,577 milliards, soit le montant proposé par Goldman Sachs après une deuxième hausse de son OPA.

La direction du groupe britannique, qui gère 21 ports dans le pays, a recommandé à ses actionnaires de souscrire à la nouvelle OPA de Goldman Sachs, mais leur accord prévoit toutefois une pénalité si AB Ports choisissait finalement une offre concurrente. Le montant de cette pénalité équivaut à 1% du montant de l'OPA, soit 27,95 millions de livres.

Le groupe britannique est le numéro un du secteur au Royaume-Uni, avec 21 ports dont ceux de Cardiff et Southampton. Le port de Londres est géré par Peninsular and Oriental, racheté en février par Dubaï Ports.

Macquarie est omniprésente depuis quelques mois dans le rachat d'infrastructures et d'opérateurs routiers, portuaires et aéroportuaires en Europe, en particulier au Royaume-Uni. Goldman Sachs vient quant à elle d'échouer à racheter les aéroports britanniques de BAA, remportés par l'espagnol Grupo Ferrovial.

Leur bataille pour la reprise de AB Ports, quelques mois après la saga P and O, racheté par Dubaï Ports World pour 5,7 milliards d'euros au nez et à la barbe du singapourien Temasek, fournit un nouvel exemple des convoitises que suscite le secteur portuaire, sur fond de boom du transport par conteneurs.

(photo: belga)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés