Alcatel-Lucent confirment qu'ils vont supprimer quelque 9.000 emplois

Les fabricants d'équipements de télécommunications français Alcatel et américain Lucent, qui sont en train de fusionner, ont confirmé lundi qu'ils envisageaient de supprimer quelque 9.000 emplois.

(afp) "Nous avons ensemble examiné chaque secteur d'activité et avons identifié des synergies en matière de coûts dans plusieurs d'entre eux, y compris des réductions d'emplois globales d'environ 9.000 personnes", ont indiqué les deux groupes dans un communiqué sans préciser leur répartition géographique.

Lors de l'annonce de leur fusion en avril, Alcatel et Lucent, qui emploient ensemble environ 88.000 personnes, avaient indiqué que leur fusion "devrait se traduire par une réduction d'environ 10% de l'effectif global".

Dans un communiqué séparé lundi Lucent a indiqué qu'il envisageait de réaliser au 3e trimestre de son exercice 2006 (clos fin juin) un chiffre d'affaires de 2,04 milliards de dollars, en baisse de 13% sur la même période l'exercice précédent.

Le groupe de Murray Hill (New Jersey, nord-est) a également indiqué que son bénéfice par action devrait être de 2 cents, alors que la moyenne des prévisions des analystes financiers est actuellement de 4 cents.

L'action du groupe perdait 3,42% à 2,26 dollars dans les échanges d'après-séance à la suite de cette annonce.

Dans leur communiqué commun, les deux groupes ont souligné qu'ils prévoyaient toujours d'atteindre des synergies de coûts avant impôt de 1,4 milliard d'euros (1,7 milliard de dollars) dans les trois prochaines années.

"Nous continuons à penser qu'environ 70% de ses économies seront atteintes sur les deux premières années suivant la finalisation de l'opération", a souligné Christian Reinaudo, responsable du Projet Intégration pour Alcatel.

Le communiqué indique également que leur fusion devrait être finalisée comme prévu d'ici la fin de cette année, soit dans le délai des 6 à 12 mois annoncé en avril.

Ils ont également détaillé la structure du groupe et les postes de direction qui seront attribués pour les différents secteurs.

Le segment d'activités "Opérateur", présidé par Etienne Fouques, regroupera l'activité Mobile qui sera présidée par Mary Chan, l'activité Fixe qui sera présidée par Michel Rahier, l'activité Convergence qui sera présidée par Marc Rouanne.

Le segment d'activités "Entreprise" sera présidé par Hubert de Pesquidoux et celui des "Services" sera présidé par John Meyer.

Le Groupe sera également organisé en quatre régions géographiques: Europe et Nord, présidée par Vince Molinaro, Europe et Sud, présidée par Olivier Picard, Amérique du Nord, présidée par Cindy Christy et Asie-Pacifique, présidée par Frédéric Rose.

Le comité de direction de la société commune sera présidé par Patrica Russo, Directrice générale et actuelle PDG de Lucent.

Les membres de ce comité seront Etienne Fouques, Président des activités opérateurs, Frank d'Amelio, Président Intégration et directeur administratif, Jean-Pascal Beaufret, Directeur financier, Claire Pedini, Directrice des ressources humaines et de la communication et Mike Quigley qui se consacrera à la direction stratégique de la société et deviendra Président technologie et stratégie.

Alcatel et Lucent ont également indiqué avoir été informées le 7 juin de l'expiration de la période d'attente prévue par la loi américaine antitrust Hart-Scott-Rodino. Elles ont également déposé le 16 juin 2006 une notification auprès de la Commission européenne.

Elles vont également transmettre prochainement un avis de fusion au CFIUS, la Commission sur les investissements étrangers aux Etats-Unis.

Lors de leur fusion, Lucent avait annoncé qu'une société spécifique serait créée pour regrouper ses activités dans la Défense afin de protéger leur caractère sensible pour la sécurité nationale. Ces activités dépendent essentiellement de Bell Laboratories (Bell Labs) actuellement une filiale de Lucent.

Le conseil d'administration de cette société doit être composé de trois citoyens américains considérés comme "acceptables" par le gouvernement, ajoute-t-on de même source. Ceux-ci avaient été désignés en avril: Il s'agit de William Perry, ancien secrétaire américain à la Défense, James Woolsey, ancien directeur de la CIA (services de renseignements) et de Kenneth Minihan, qui avait dirigé l'agence NSA, chargée de la surveillance du territoire.

(photo: belga)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés