Aviva: bénéfices en hausse de 27% au 1S, forte croissance au Royaume-Uni

Le numéro un britannique de l'assurance, Aviva, a annoncé mercredi des bénéfices légèrement supérieurs aux attentes, grâce à une forte croissance de ses ventes de produits à long terme au Royaume-Uni et à l'intégration de la société d'assistance automobile RAC.

(afp) Le bénéfice d'exploitation avant impôts, mesuré selon la norme comptable européenne du secteur EEV, dite de valeur intrinsèque, a progressé de 27% à 1,69 milliard de livres (2,52 mds EUR) par rapport au premier semestre 2005 à périmètre constant.

Aviva a ainsi fait mieux que sa prévision "d'au moins 1,65 milliard" faite en juillet après l'acquisition de l'américain AmerUs. Le bénéfice se situe aussi dans le haut de la fourchette des attentes des analystes, qui tablaient entre 1,65 milliard et 1,71 milliard.

Le bénéfice net, mesuré en normes comptables internationales IFRS, affiche une hausse de 13% à 856 millions de livres (1,271 md EUR). Aviva, maison mère de la marque Norwich Union, a enregistré une croissance de 25% de ses produits d'épargne à long terme comme l'assurance-vie ou l'épargne-retraite, sa principale activité, à 15,63 milliards de livres. La croissance a été tirée par le Royaume-Uni, où les ventes ont progressé de 43%, contre seulement 10% en Europe continentale. La croissance a été de 80% en Asie et de 24% aux Etats-Unis.

Comme d'autres assureurs, Aviva espère que le marché britannique va continuer d'enregistrer une croissance forte au second semestre, liée notamment à un adoucissement du régime fiscal des retraites depuis le 1er avril. La croissance des bénéfices a été de 23% dans l'assurance dommages et la santé, à 866 millions de livres.

Les ventes de la bancassurance ont augmenté de 24%. Aviva a indiqué que l'intégration de la société d'assistance aux automobilistes RAC était désormais achevée et que le groupe avait contribué à son bénéfice d'exploitation à hauteur de 86 millions de livres. Ces résultats ne séduisaient guère cependant à la Bourse de Londres, où l'action Aviva cédait 1,78% à 719 pence à 09H15 GMT, valorisant le groupe à 17,2 milliards de livres.

Cazenove, WestLB et Merrill Lynch ont souligné que les résultats ne contenaient "aucune surprise" de nature à inciter à acheter le titre. "Ils avaient donné des indications détaillées (lors de l'achat de AmerUs, ndlr), tout était donc largement attendu", a estimé Peter Eliot, analyste de la maison de courtage Man Securities, qui a un avis "neutre" sur le titre.

Le directeur général d'Aviva, Richard Harvey, est sous pression depuis l'échec de son OPA de 17 milliards de livres sur le numéro deux britannique du secteur, Prudential, en mars.

Il a assuré lors d'une conférence de presse que le groupe était "voué à accroître sa rentabilité par division et aussi par région d'activité". Aviva, qui tire 90% de ses bénéfices de l'Europe, cherche notamment à s'étendre en Amérique et en Asie, où Prudential a pris de l'avance.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés