BASF: la division pétrole dope les résultats trimestriels

Le numéro un mondial de la chimie, l'allemand BASF, a publié mercredi des résultats supérieurs aux attentes au deuxième trimestre, principalement grâce à la bonne tenue de sa division de pétrole et de gaz.

(afp) Sur la période, le bénéfice net a grimpé de 18,3% à 920 millions d'euros. Le bénéfice d'exploitation avant exceptionnels, qui sert d'étalon pour les prévisions internes du groupe, a progressé quant à lui de 15,3% à 1,91 milliard d'euros, pour un chiffre d'affaires de 12,32 milliards d'euros, en hausse de 16,5%. Les analystes interrogés par l'agence d'informations financières AFX News misaient sur un bénéfice net moins bon à 860 millions et un bénéfice d'exploitation avant exceptionnels inférieur également, à 1,84 milliard d'euros. Sur la période, les résultats ont été tirés par la division pétrole et gaz, qui profite de la hausse continue des prix du brut. Au deuxième trimestre, son chiffre d'affaires a grimpé de 50% à 2,48 milliards. Dans son coeur de métier, la division chimie, BASF a bénéficié d'augmentations de capacités en Chine et de l'intégration des produits de catalyse de l'américain Engelhard, racheté récemment pour près de 5 milliards de dollars. Les ventes ont bondi du coup de 22% à 2,44 milliards. Conformément aux attentes, les performances de la division agrochimique sont moins bonnes avec un recul de 11% du chiffre d'affaires. Le deuxième trimestre est traditionnellement difficile dans cette activité pour des raisons de calendrier, à cause de la sécheresse estivale en Europe et en Amérique du Nord. BASF juge le processus d'intégration de ses récentes acquisitions positif. Ces derniers mois le groupe a racheté coup sur coup Engelhard, les activités de chimie pour le BTP de l'allemand Degussa et l'américain Johnson Polymer. Le leader mondial de la chimie confirme dans la foulée ses objectifs annuels. "Sur la base de l'évolution favorable de l'activité au premier semestre, nous restons toujours optimistes pour l'ensemble de l'année 2006. Le chiffre d'affaires va progresser nettement et le bénéfice d'exploitation avant exceptionnels sera supérieur au chiffre déjà élevé de l'an dernier", explique le patron de BASF, Kürgen Hambrecht, cité dans le communiqué. En 2005, le bénéfice d'exploitation avant exceptionnels était ressorti à 6,1 milliards d'euros et le chiffre d'affaires à 42,7 milliards.

(Juergen Hambrecht, CEO de BASF-photo: belga)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés