Beiersdorf déçoit au 2è me trimestre à cause de la restructuration dans les cosmétiques

Le groupe allemand Beiersdorf, fabricant de la crème Nivea, a vu ses bénéfices chuter au deuxième trimestre, une performance inférieure aux attentes, affectée par la restructuration de la division principale de cosmétiques, selon des chiffres publiés jeudi.

(afp) Sur la période, le bénéfice net a chuté de 37% à 55 millions d'euros et le bénéfice d'exploitation (Ebit) de 27% à 101 millions. Le chiffre d'affaires a progressé en revanche de 5,8% à 1,334 milliard d'euros, précise le groupe hambourgeois dans son rapport semestriel d'activités. Les résultats ont été lourdement affectés sur la période par une charge exceptionnelle de 58 millions d'euros, liée à la restructuration de l'ensemble de la chaîne de valeur ajoutée (achats, production, logistique) de la division de produits cosmétiques. Le groupe va supprimer près de 400 emplois au total aux Pays-Bas, en Belgique et en Suède d'ici trois ans. Ce programme, d'un coût global de 220 millions d'euros, aura un impact négatif de l'ordre de 70 millions sur les comptes 2006. Dans le détail, les ventes de la division principale de cosmétiques (Nivea, La Prairie) ont progressé de 5,6% sur la période, grâce à une performance solide en Europe de l'est, en Amérique latine et en Asie. Beiersdorf se félicite également du succès de ses lignes Nivea for Men et Nivea Beauté. La division d'adhésifs Tesa a vu quant à elle son chiffre d'affaires grimper de 7% à 197 millions d'euros, tirée par une demande en hausse de l'industrie automobile. Pour l'ensemble de l'année, Beiersdorf confirme ses objectifs. Il attend toujours "une croissance du chiffre d'affaires supérieure à celle de 2005", où elle était de 5%. La marge d'exploitation et le bénéfice net profiteront de la hausse des ventes, indique aussi le groupe. Le bénéfice net sera gonflé par ailleurs par un gain exceptionnel de 361 millions, tiré de la cession du spécialiste de matériel orthopédique et de bandages BSN Medical. Cet élément exceptionnel avait été passé sur les comptes du premier trimestre. A la Bourse de Francfort, le titre reculait de 2,29% à 41,05 euros vers 11h20 GMT, sur un indice des valeurs moyennes milliardax en repli de seulement 0,50%. Les ventes sont légèrement supérieures aux attentes, mais l'évolution au niveau de l'exploitation est décevante par rapport au premier trimestre, résumait Silke Stegemann, analyste à la banque LRP.

(photo: belga)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés