Bel 20: dividendes 2006 en hausse de 19,47%

Ensemble, les 18 entreprises du Bel 20 qui ont déjà publié leurs résultats 2006, verseront 8,18 milliards d'euros à leurs actionnaires sous forme de dividende. Soit 35,97% de leurs bénéfices nets qui eux ont progressé, d'après notre analyse, de 38,26%, à 22,74 milliards d'euros.

(l'écho) Au total, les 18 entreprises belges du Bel 20 qui ont déjà publié leurs résultats 2006 verseront un peu plus de 8,18 milliards d'euros en dividendes à leurs actionnaires, après leurs assemblées générales respectives. Sur base annuelle, il s'agit d'une progression de 19,47%.

C'est en tout cas ce que l'on apprend suite à la compilation et au traitement par l'équipe de lecho.be des résultats affichés par les stars de la cote bruxelloise, alors que leurs bénéfices nets, eux, ont progressé en moyenne de 38,26%, pour atteindre un total de 22,74 milliards d'euros (lire par ailleurs).

L'indice phare de la Bourse de Bruxelles, au sein duquel Ackermans & van Haaren a remplacé le 1er mars dernier Barco - dont nous tenons donc encore compte cette année dans cette analyse-, ne compte que 19 valeurs. Et parmi elles, Colruyt ne publiera ses comptes 2006-2007 (arrêtés fin mars) que le 25 juin prochain.

Calculé par action, le dividende total de l'indice vedette de la Bourse de Bruxelles a progressé de 14,94%, à 35,7 euros. Traduction: si le Bel 20 était une seule entreprise, le méga-groupe s'apprêterait à distribuer un dividende 2006 de 35,7 euros par action.

A y regarder de plus près, c'est Fortis qui versera le dividende 2006 le plus élevé en termes absolus, soit 1,8 milliard d'euros, ce qui représente 22% du dividende total. En sens inverse, Omega Pharma referme le palmarès. Son dividende de 10,45 millions d'euros (+ 15,19%) représente à peine 0,13% de l'ensemble.

Chacun sa " générosité "

On retiendra par ailleurs qu'InBev a l'intention de faire bondir sa rétribution aux actionnaires de 51,36%, pour la porter à 441,67 millions d'euros (0,72 euro par action) euros, alors que le bond le moins flatteur est à mettre sur le dos de Bekaert (-21%, à 51 millions d'euros ou 2,5 euro par action), seule valeur à revoir à la baisse son dividende (si l'on tient compte du dividende extraordinaire qui avait gonflé son chiffre 2005).

Parmi les 18 sociétés prises en compte pour cette analyse, 12 vont augmenter leur dividende de plus de 10%. Ce qui ne signifie évidemment pas pour autant qu'elles sont les plus généreuses

Pour tenter d'approcher cette notion, il faut en effet tenir compte du rapport entre les dividendes et les bénéfices nets (analysés par ailleurs) des entreprises, une notion baptisée " pay-out ratio " dans le jargon financier.

Et à ce petit jeu, c'est l'opérateur télécoms Mobistar qui l'emporte haut la main, en redistribuant 95,15% de son résultat net sous forme de dividendes (contre 93,59% en 2005), alors que GBL, qui a vécu un exercice 2006 marqué par une plus-value colossale suite à sa sortie du capital de Bertelsmann, affiche le ratio le plus faible, à 9,2% (mais son dividende a progressé de 17,6%).

En moyenne, les entreprises du Bel 20 vont distribuer 35,97% de leurs bénéfices nets sous forme de dividendes. Par rapport à 2005, il s'agit néanmoins d'une baisse de 5,63 points.

Pour rappel, le PIB belge a progressé d'à peine 2,9% en 2006... Et l'indice Bel 20- qui a principalement été tiré par Suez, Colruyt et InBev- de 23,65%, à l'issue d'une quatrième année consécutive de hausse qui a rimé, pour 13 de ses 19 valeurs, avec des avancées boursières historiques.

Xavier Degraux

foto belga

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés