Publicité

Berkshire, société la plus estimée aux USA

©BLOOMBERG NEWS

Le fonds d'investissement de Warren Buffett bénéficie de la plus haute estime du grand public aux Etats-Unis, révèle un sondage de Harris Interactive. Sans grande surprise, deux géants de la banque et de l'assurance, Citigroup et AIG, figurent parmi les sociétés les moins bien considérées.

(Reuters) - Berkshire Hathaway, le véhicule d'investissement dirigé par le milliardaire Warren Buffett (photo), parfois surnommé le "sage d'Omaha", est la société américaine qui jouit de la plus haute estime du grand public aux Etats-Unis.

Cependant, après la pire récession subie par le pays depuis la Grande Dépression des années 1930, qui a vu Washington dépenser des centaines de milliards de dollars pour sauver des entreprises financières considérées comme responsables de cette crise, la réputation du monde des affaires reste peu enviable.

Selon une enquête menée par l'institut américain Harris Interactive, qui a interrogé 29.963 personnes entre le 29 décembre 2009 et le 15 février 2010, cette réputation est "pas bonne" ou "catastrophique" pour 81% des sondés.

Il s'agit néanmoins d'une légère amélioration par rapport au résultat de la même enquête menée l'an dernier, au plus fort de la crise financière, quand 88% des personnes interrogées jugeait la réputation des entreprises "pas bonne" ou "catastrophique".

Sans surprise, parmi les sociétés les moins considérées figurent American International Group (AIG) et Citigroup, deux géants, l'un de l'assurance, l'autre de la banque, qui ont reçu des milliards de dollars d'aides publiques pour ne pas sombrer dans la faillite.

Les secteurs qui jouissent de la meilleure estime des personnes interrogées sont ceux de la technologie, du voyage et de la distribution. A l'inverse, les plus déconsidérés sont ceux des services financiers, du tabac et de l'automobile.

Berkshire Hathaway est en tête du classement parce que Warren Buffett, dont les avis sont toujours très écoutés, est vu comme un homme qui dirige son entreprise avec efficacité sans pour autant percevoir d'émoluments excessifs, a déclaré Robert Fronk, vice-président de Harris Interactive.
"On n'entend jamais parler d'excès (au sujet de Warren Buffett), c'est plutôt le contraire", a-t-il ajouté.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés