Publicité

Compass France repart sur un nouvel élan

Compass Group France, filiale de la société britannique de restauration collective, va tirer pour son exercice en cours les premiers profits d'une année de restructuration et vise une croissance de 4 à 6% de son chiffre d'affaires, après une année étale, a indiqué vendredi son PDG, Didier Coutte.

(afp) "Nous avions besoin de redynamiser la filiale française. Pendant ces douze derniers mois, nous avons remis la maison en ordre. Désormais, nous sommes en ordre de bataille pour mettre en place une vraie culture de la performance, non seulement financière mais aussi en matière de qualité et d'hygiène", a-t-il expliqué à l'AFP.

Pour entamer sa restructuration, le groupe admet avoir ralenti sa croissance. "En tout premier lieu, nous nous sommes concentrés sur nos clients existants, dont le taux de fidélisation était faible", a indiqué M. Coutte.

Le groupe a repositionné ses marques (Eurest, Medirest, Mediance, Scolarest et Sélecta), sa stratégie, amélioré la qualité du service et fait évoluer son offre. Aujourd'hui, le taux de fidélisation a rejoint "le taux standard du groupe qui est au-dessus de 95%", a-t-il affirmé.

Il a également mis en place un plan de réduction des coûts qui sur un an à fin juin 2006 s'est élevé à 20 millions d'euros. "Notre philosophie est de remettre à plat les coûts chaque année", a confié M. Coutte.

Aucun plan social n'a été mis en oeuvre mais des départs volontaires ont eu lieu, a-t-il précisé sans toutefois donner le nombre.

Compass Group France a restructuré ses forces de ventes en une seule contre trois auparavant, réduisant le nombre de ses managers mais augmentant celui des vendeurs. Des directions régionales sont en place couvrant tous les secteurs.

Déterminé à être "le meilleur au niveau des prix mais aussi de la qualité", le groupe se déclare prêt à ne pas répondre à certains appels d'offres où le choix portera uniquement sur des prix bas.

"Nous voulons être leader en réputation et pas spécialement en chiffre d'affaires", a encore affirmé M. Coutte.

Le groupe affiche sa volonté de se consacrer à "son coeur de métier, la restauration". S'il est disposé à effectuer des services additionnels, ces derniers seront limités à des services hôtelier et de restauration. Pas question d'assurer "la maintenance des locaux ou autres services de ce type. Répondre à une attente gastronomique et nutritionnelle et en même temps nettoyer et réparer, cela n'est pas possible", a prévenu M. Coutte.

Interrogé sur d'éventuelles acquisitions, celles-ci seront "limitées, de taille peu importante, ou destinées à apporter un complément de compétences", a-t-il résumé.

A la mi-mai, Compass Group France a aussi lancé un service traiteur haut de gamme "Millessence" pour les tables de présidents, les clubs de direction... qui s'adresse à quelque 200 clients potentiels.

Numéro trois en France derrière Sodexho et Elior, Compass France, qui pèse entre 7 et 8% des ventes du groupe britannique, réalise un chiffre d'affaires de 1,165 milliard d'euros, qui se répartit entre les segments "entreprises et administration" (50%, ), santé et senior (25%) et scolaire (25%). Le groupe lorgne notamment sur les segments santé et senior où il existe un "fort potentiel de développement" mais qui demeurent "complexes et demandent beaucoup de rigueur", et sur celui des "armées" et des "universités".

Compass Group, implanté en France en rachetant successivement Eurest France (en 1996) puis SHRM (en 1997), emploie 18.000 salariés.

L'hexagone, troisième marché du groupe après les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, est un marché "intéressant et une priorité pour le groupe", a assuré M. Coutte.

Photo: Eureste

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés