DaimlerChrysler fait mieux que prévu grâce à Mercedes

Le constructeur automobile germano-américain DaimlerChrysler, numéro cinq mondial, a publié jeudi des résultats supérieurs aux attentes au deuxième trimestre, grâce principalement au redressement de la marque haut de gamme Mercedes.

(afp) Sur la période, le bénéfice net a plus que doublé (+156%) à 1,81 milliard d'euros. Le bénéfice d'exploitation a bondi quant à lui de 11% à 1,85 milliard, pour un chiffre d'affaires stable à 38,56 milliards d'euros, précise le groupe dans un communiqué.

Les attentes du marché étaient inférieures, notamment au niveau du résultat net, gonflé toutefois au deuxième trimestre par un gain exceptionnel de près de 800 millions d'euros tiré de deux opérations de couverture sur le marché à terme contre les variations de valorisation de la participation de DaimlerChrysler dans le groupe aéronautique EADS.

"Le deuxième trimestre a été solide et nous donne clairement confiance pour l'avenir", a commenté jeudi lors d'une conférence téléphonique le patron de DaimlerChrysler, Dieter Zetsche.

Principal motif de satisfaction, Mercedes confirme son redressement après de lourdes suppressions d'emplois. Sur la période, la division Mercedes Car Group (marques Mercedes, Smart, Maybach) a vu son bénéfice d'exploitation décoller à 807 millions d'euros, contre 12 millions seulement un an plus tôt.

Jeudi, M. Zetsche s'est dit du coup très confiant de voir la filiale atteindre son objectif d'une marge d'exploitation de 7% l'an prochain.

Autres points positifs, les performances de la division de poids lourds restent solides, avec un bond du bénéfice d'exploitation de 34% au deuxième trimestre à 551 millions d'euros. Les services financiers quant à eux ont vu leur bénéfice d'exploitation progresser de 10% sur la période à 422 millions.

Seul point noir dans ce tableau d'ensemble positif, la filiale Chrysler, qui fait les frais d'une féroce guerre des prix sur le marché américain et d'un engorgement des stocks actuellement chez les concessionnaires, a vu son bénéfice d'exploitation fondre à 51 millions d'euros contre 544 millions d'euros sur la même période de 2005.

Plus inquiétant, Chrysler devrait glisser dans le rouge au troisième trimestre avec une perte qui pourrait grimper au maximum jusqu'à 500 millions d'euros, prévient DaimlerChrysler. En plus de ses difficultés actuelles, la filiale américaine va devoir faire face dans les prochains mois aux coûts de lancement de plusieurs modèles, dont la Jeep Wrangler, la Dodge Nitro et la Chrysler Sebring.

Selon les projections du constructeur, Chrysler reviendra dans le vert au quatrième trimestre, ce qui devrait lui permettre d'apporter une contribution positive aux bénéfices consolidés du groupe sur l'ensemble de l'exercice.

Sur 2006, DaimlerChrysler confirme du coup son objectif d'un bénéfice d'exploitation de "plus de 6 milliards d'euros", contre 5,18 milliards d'euros en 2005.

A la Bourse de Francfort, les investisseurs appréciaient. Vers 14h40 GMT, le titre grimpait de 3,53% à 40,23 euros sur un indice des valeurs vedettes Dax en hausse de 1,36% seulement.

"Les chiffres sont très bons. Mercedes notamment a fait beaucoup mieux que prévu", résumait Stephan Droxner, analyste de la banque LBBW.

photo belga

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés