Delta Lloyd double son chiffre d'affaires au premier semestre

Durant le premier semestre 2006, le Groupe Delta Lloyd a vu son bénéfice net doubler de 189 millions à 378 millions d'euros.

(l'écho) Avec 3,2 milliards d'euros, les recettes de primes brutes pour le Groupe sont stables. Les activités bancaires et d'investissement affichent une hausse de chiffre d'affaires. La vente des fonds d'investissement par le biais des banques et l'afflux d'argent des investisseurs institutionnels ont fortement augmenté.

La baisse de la vente d'hypothèques a un effet sur les assurances qui y sont liées en Vie et Dommages. Pour toutes les activités, une hausse des recettes de primes brutes est cependant attendue en 2006 par rapport à 2005.

Le rendement des placements, nettement plus faible que par rapport à l'année dernière, se situe à 270 millions d'euros durant le premier semestre de 2006 par rapport à 1.926 millions d'euros durant cette même période en 2005. La hausse des taux à long terme (taux à 10 ans à 4,05 %) entraîne un développement de valeur très négatif des placements à revenus fixes. Son effet sur le résultat est cependant limité, du fait que Groupe Delta Lloyd valorise depuis l'année dernière tant les placements à revenus fixes (actifs) que l'offre d'obligations d'assurance vie (passifs) au taux du marché. De ce fait, les obligations du Groupe sont également plus faibles.

Le résultat avant impôts du premier semestre de 2006 a été doublé pour atteindre 474 millions d'euros. La chute des provisions pour des produits de garantie en raison de la hausse des taux du marché et le développement favorable du COR (combined operating ratio) en Dommages jusqu'à moins de 90 % sont ici des facteurs importants.

Les développements sur le marché des actions et la hausse des taux ont un effet direct sur la situation patrimoniale de Groupe Delta Lloyd. Les fonds propres ont augmenté de 22 % pour s'établir à 3,9 milliards d'euros par rapport au premier semestre 2005. La solvabilité du Groupe passe à 271 %, soit une hausse de 64 points de base par rapport à la même période en 2005. La solvabilité de la branche néerlandaise des assurances est passée à 331 %, soit une hausse de 52 % par rapport au premier semestre 2005.

(photo: belga)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés