Deutsche Bank déçoit au deuxième trimestre malgré un bénéfice en hausse

La première banque allemande, Deutsche Bank, a déçu les attentes mardi malgré la publication d'un bénéfice net en hausse au deuxième trimestre, tiré notamment par les performances de ses divisions d'investissement et de gestion d'actifs.

(afp) Vers 08H56 GMT, le titre perdait 2,05% à 88,40 euros, dans un indice Dax en très légère baisse de 0,02%. Les analystes de la maison de courtage equinet mettaient cette réaction sur le compte des mauvaises performances enregistrées par l'institut francfortois dans ses activités de courtage, qui ont généré un chiffre d'affaires de 1,71 milliard sur la période sous revue, très inférieur aux prévisions des analystes, qui tablaient sur 2,25 milliards. Au premier trimestre, ces activités avaient généré 2,97 milliards d'euros. Certains courtiers s'inquiétaient aussi de la volatilité des performances de la banque, qui ont tendance à baisser lorsque les conditions de marché sont mauvaises. Ceci a éclipsé la hausse de l'ensemble des résultats de l'établissement bancaire. Le bénéfice net au deuxième trimestre a grimpé de 29% à 1,22 milliard d'euros et le bénéfice imposable de 32% à 1,86 milliard d'euros.

D'avril à juin, l'ensemble des revenus de la banque a grimpé de 15% à 6,8 milliards d'euros. Ces chiffres sont en ligne avec les attentes et n'ont pas réussi à créer la surprise, soulignait Andreas Weese, analyste à la banque HVB. Pour autant, "nous ne pensons pas que les résultats du deuxième trimestre soient décevants", tempèrent pour leur part les analystes de Merck Finck dans une note. Ils soulignent que Deutsche Bank a enregistré de bons résultats dans plusieurs activités. La division banque d'investissement (corporate and investment banking), habituel point fort de Deutsche Bank, a ainsi une nouvelle fois fortement contribué à la progression des résultats. Son bénéfice imposable a progressé de 72% sur un an à 1,4 milliard d'euros. La gestion de portefeuille affiche également des résultats en nette hausse, avec un bénéfice imposable qui a progressé de 63% à 493 millions. Sur l'ensemble de l'année, la banque confirme son objectif d'un rendement des fonds propres avant impôts et éléments exceptionnels de 25%.

D'avril à juin, il s'est élevé à 29%, contre 25% l'an dernier. "Nous avons prouvé au deuxième trimestre que nous pouvons aussi réaliser un résultat satisfaisant, même dans un environnement difficile", se félicite le patron de la banque, Josef Ackermann, cité dans un communiqué. Le premier semestre dans son ensemble, avec un bénéfice net en hausse de 43% à 2,9 milliards d'euros, peut être considéré comme "extraordinairement satisfaisant", poursuit-il. Mais "l'incertitude actuelle sur la poursuite de la croissance économique mondiale, suscitée par les craintes persistantes sur l'inflation, est à même de freiner l'activité sur les marchés financiers", tempère M. Ackermann dans un message aux actionnaires dans le rapport d'activité trimestriel du groupe. A l'avenir, l'établissement francfortois compte poursuivre sa stratégie de croissance "basée sur nos propres forces, mais aussi par le biais d'achats", ajoute-t-il. Deutsche Bank vient d'acquérir Berliner Bank pour 680,5 millions d'euros. La banque a par ailleurs procédé entre avril et juin au rachat de 12,3 millions de ses propres actions, pour environ 1,1 milliard d'euros, dans le cadre de son nouveau programme de rachats d'actions.

(photo: belga)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés