Publicité

EMI fait le ménage dans sa branche musique, en difficulté

Le numéro trois mondial du disque, EMI, a dévoilé vendredi un plan de restructuration pour sa branche musique, en remerciant ses deux principaux dirigeants, dont le Français Alain Levy, et en annonçant une baisse importante de ses revenus.

(afp) Le plan du groupe britannique, qui a échoué une nouvelle fois l'an dernier à s'allier à son concurrent américain Warner Music, vise à économiser 110 millions de livres (164,7 millions d'euros) par an. Il prévoit notamment des suppressions d'emplois, le groupe n'ayant pas précisé combien

Alain Levy, PDG de Emi Music depuis octobre 2001, et David Munns, vice-président de la branche, "vont quitter le groupe avec effet immédiat", a indiqué EMI dans un communiqué, en les remerciant laconiquement pour leurs services.

Eric Nicoli, président exécutif de EMI depuis juillet 1999, prend la fonction de directeur général du groupe et assurera directement la gestion de la branche musique.

La performance de EMI au second semestre de l'exercice en cours, qui s'achèvera fin mars, "a été en-deçà des attentes en termes de chiffre d'affaires et de bénéfices", a expliqué le groupe, "en raison de conditions de marché difficiles, en particulier à Noël, et de ventes inférieures aux attentes pour le catalogue de EMI Music".

Les revenus de la division devraient donc reculer de 6 à 10% à taux de change constant sur l'ensemble de l'exercice, a averti EMI, qui édite notamment les disques de Coldplay, Gorillaz, Norah Jones, Robbie Williams et Moby.

Photo Belga

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés