Eurotunnel se place sous la protection de la justice, faute d'accord sur la dette

Le groupe Eurotunnel va se placer "sous la protection du tribunal de commerce de Paris" après l'échec des négociations sur sa dette avec ses créanciers, a annoncé jeudi matin à l'AFP un porte-parole d'Eurotunnel.

(afp) "Eurotunnel est contraint de poursuivre la procédure lui permettant de se placer sous la protection du tribunal de commerce de Paris", a indiqué à l'AFP ce porte-parole.

Jeudi, le PDG du groupe, Jacques Gounon, doit être reçu par un juge du Tribunal de commerce de Paris pour examiner la demande de sauvegarde déposée par Eurotunnel mardi matin.

Selon des sources concordantes, ce rendez-vous serait prévu à 10 heures.

"A l'issue de longues et intenses négociations, Eurotunnel a présenté le 12 juillet à 23H00 une ultime proposition de compromis entre l'accord préliminaire de restructuration du 23 mai 2006 et les demandes exprimées jusque là par les créanciers subordonnés", selon le porte-parole du groupe.

Ces négociations qui ont échoué tôt jeudi matin avaient été engagées mardi après-midi.

Le groupe Eurotunnel ploie sous une dette de 9 milliards d'euros. Fin mai, les créanciers majoritaires, principalement des banques, avaient accepté, sur le principe, l'effacement de la moitié de la dette dans le cadre d'un plan de refinancement présenté par la direction.

Mais les créanciers minoritaires (dit subordonnés), regroupant des banques, des fonds d'investissement et des porteurs d'obligations individuels, s'y opposaient et sont donc parvenus à faire échouer le plan de la direction.

"Les créanciers subordonnés emmenés par Deutsche Bank ont rejeté la dernière tentative d'arriver à un accord consensuel avec l'ensemble des créanciers d'Eurotunnel", selon le porte-parole du groupe et un communiqué.

Jacques Gounon, le PDG d'Eurotunnel, a déclaré: "je ne comprends pas comment une grande institution comme Deutsche Bank a pu maintenir ses exigences déraisonnables sans apprécier la responsabilité qu'elle prenait vis-à-vis de 2.300 salariés et de 800.000 actionnaires d'Eurotunnel", selon des propos rapportés par le porte-parole.

Le Tribunal de commerce pourra soit refuser la procédure de sauvegarde, soit l'accepter, soit demander un complément d'informations avant de se prononcer, ce qui pourrait prendre quelques jours.

La procédure de sauvegarde, inspirée du droit des faillites américain, permet d'éviter le dépôt de bilan. L'activité de l'entreprise peut continuer et un juge médiateur peut tenter de mettre d'accord les parties prenantes.

Quoi qu'il arrive à la société Eurotunnel, concessionnaire du tunnel sous la Manche, le tunnel lui-même ne sera pas fermé. Navettes et trains continueront de fonctionner, en vertu des dispositions prévues au lancement du projet il y a 20 ans.

Par ailleurs, un conseil d'administration du groupe doit se réunir jeudi matin, a-t-on appris mercredi soir.

(photo: belga)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés