Publicité

EVS table sur un bénéfice net entre 28 et 30 millions pour 2006

Jeudi, après la clôture des marchés, la société liégeoise EVS a revu à la hausse ses perspectives de croissance pour 2006.

(tnl) " Il y a trois mois d'ici, nous tablions sur des ventes TV de l'ordre de 60 millions d'euros pour 2006, nous a précisé Jacques Galloy, administrateur et directeur financier d'EVS. A la date du premier juillet nous sommes déjà assurés de faire 61 millions. "C'est pourquoi le conseil d'administration d'EVS table désormais sur une progression des ventes TV de plus de 30% pour dépasser légèrement les 70 millions d'euros. L'an dernier le spécialiste des applications vidéo numériques pour les directs TV a réalisé un chiffre d'affaires de 53,8 millions d'euros.

Au deuxième trimestre, les ventes se situeront entre 21 et 22 millions d'euros. Au cours de cette période, EVS a enregistré des commandes record de 26,6 millions d'euros, en progression de 68% par rapport à la même période de l'an passé.

Compte tenu de la révision des objectifs de ventes, Jacques Galloy estime que le bénéfice net (y compris XDC) du groupe se situera entre 28 et 30 millions pour l'ensemble de l'année. Cela représente un bond de 40 à 50% sur le bénéfice net de 20 millions d'EUR dégagé en 2005.

Jeudi, le groupe Kinepolis qui exploite des salles de cinema a annoncé la signature d'un accord avec Thomson pour la numérisation de ses 130 salles en Belgique. Une activité qu'exerce également XDC, une entité détenue à hauteur de 47% par EVS.

"C'est une très bonne nouvelle pour le marché du cinéma numérique, reconnaît Jacques Galloy. Cela démontre que ce marché est en train de décoller." Le CFO se dit cependant déçu que Kinepolis ait choisi un concurrent. "Kinepolis a choisi une solution à court ou moyen terme. De notre côté, nous lui proposions un nouveau serveur pour la fin de l'année, serveur doté d'une technologie évolutive."

Pour le directeur financier d'EVS, il s'agit d'un deal très intéressant financièrement pour Kinepolis tandis que "Thomson achète des parts de marché." Il minimise également la portée de ce contrat. "130 salles, cela correspond à 2% du parc européen. Elles ne seront toutes équipées que dans 18 mois. XDC, pour sa part, a déjà installé 235 salles qui fonctionnent."

Il rappelle également que les activités d'XDC ne représentent qu'entre 1 et 1,5 euro du cours de l'action EVS qui, ce matin, évolue autour de 39,4 euros (+4,8%).

"Le vrai moteur de la croissance d'EVS, c'est la TV. Le cinéma numérique est une activité d'une filiale qui suit son propre chemin."

En juin dernier, XDC a augmenté son capital de 12,5 millions d'euros. A côté d'EVS (47%), on trouve autour de la table des noms comme BIP Investment Partners, la Compagnie du Bois Sauvage ou Meuseinvest, pour ne citer que les plus connus. Il n'est pas exclu que la société rejoigne la Bourse un jour ou l'autre.

Les pertes de XDC pour 2006 sont évaluées à 4 millions d'euros. Grâce aux fonds récoltés via l'augmentation de capital, XDC prévoit d'équiper 500 salles supplémentaires au cours des 30 prochains mois.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés