Ford Belgique: veto de la Commission européenne à une partie des subventions

La Commission européenne a approuvé mardi seulement la première partie d'un projet d'aide à la formation financé par les autorités belges en faveur de l'usine Ford en Belgique, mais opposé son veto à la seconde partie.

(afp) La Région flamande prévoyait d'accorder à Ford Genk, filiale belge du groupe automobile américain Ford Motor, une aide de 12,3 millions d'euros en faveur d'un programme de formation d'un coût total de 33,8 millions.

La Commission a donné son aval à l'octroi d'une aide de 6,24 millions d'euros, mais elle a jugé illégal un second volet d'un montant de 6,04 millions d'euros.

Selon l'exécutif européen, ces 6,04 millions étaient "destinés à financer des actions de formation que Ford aurait mises en oeuvre de toute façon".

Cette aide, qui concerne des dépenses de fonctionnement courantes, "ne favoriserait donc pas l'intérêt commun en multipliant les possibilités de formation", conclut Bruxelles, "mais fausserait la concurrence entre les Etats membres".

Les autorités belges n'ayant pas encore accordé ces fonds, elles n'auront pas à les recouvrer.

Ouverte en 1964, l'usine de Genk a subi fin 2003, dans le cadre d'une restructuration générale de Ford Europe, une réduction importante de personnel, à raison d'environ 3.000 salariés, soit un tiers de ses effectifs.

L'usine, située dans la province du Limbourg (nord-est), l'une des régions les moins prospères de Flandre, emploie actuellement quelque 5.000 personnes et produit près de 200.000 véhicules par an.

(photo: belga)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés