Glaxo prétend avoir un vaccin contre la grippe aviaire

Le laboratoire britannique GlaxoSmithKline (GSK) a annoncé mercredi des tests concluants pour un vaccin humain contre le virus H5N1 de la grippe aviaire, présentant l'avantage d'être efficace à faible dose, mais les spécialistes attendent de voir le détail de l'étude avant de se prononcer.

(afp) GSK, entré dans la course il y a des mois, a annoncé qu'un essai clinique effectué en Belgique sur 400 patients de 18 à 60 ans avait montré une réaction immunitaire positive chez 80% d'entre eux.

De surcroît, ce résultat a été obtenu à très faible dose, 3,8 microgrammes d'antigène, assure GSK, une dose bien plus faible que celles du prototype concurrent de Sanofi-Pasteur.

Les patients de Sanofi-Pasteur avaient réagi aux deux tiers positivement avec 30 microgrammes de produit. Des résultats corrects avaient aussi été relevé chez des participants ayant reçu des doses plus faibles (7,5 ou 15 microgrammes).

Jean-Pierre Garnier, directeur général de GlaxoSmithKline, a parlé de "grande percée" de son laboratoire, et affirmé mercredi sur la BBC que le groupe pourrait produire des centaines de millions de doses d'ici Noël.

La culture du vaccin se faisant généralement sur des embryons de poulet, dans des oeufs, un dosage plus faible peut laisser espérer la fabrication de plus de vaccins, et un coût moindre.

GSK a utilisé pour ce produit un nouvel adjuvant (produit qui renforce l'efficacité du vaccin) spécial. Le laboratoire teste également un autre vaccin en Allemagne contenant un adjuvant d'alun classique, pour lequel il a déjà soumis un pré-dossier d'agrément auprès de l'Agence européenne des médicaments (EMEA).

A ce jour, 31 prototypes de vaccins contre la grippe aviaire sont en cours dans le monde.

Au moins 134 décès humains dûs au virus H5N1 ont été enregistrés depuis 2003, pour la plupart en Asie chez des personnes étant en contact étroit avec de la volaille contaminée, mais un premier cas de transmission entre humains a été rapporté, le mois dernier en Indonésie.

Le laboratoire Sanofi-Pasteur a considéré qu'il était "prématuré de répondre dans l'immédiat" à l'annonce de Glaxo, mais il pourrait publier un communiqué dès jeudi.

Dans l'entourage de Sanofi-Pasteur cependant, on estime qu'il est difficile de juger sans avoir vu les résultats détaillés, et on juge a priori étonnant qu'une dose aussi minime qu'annoncé ait réellement pu déclencher 80% de réponses favorables.

Pour le docteur Paul Digard, virologiste à l'université de Cambridge, "les résultats de GSK sont une bonne nouvelle dans la mesure où ils paraissent résoudre le problème du dosage, mais pas entièrement parce que malheureusement certaines souches du H5N1 sont difficiles à élever dans des oeufs".

"De surcroît, a ajouté ce spécialiste, il est impossible de prédire la nature exacte de la souche virale avant qu'elle n'apparaisse, et donc il paraît difficile de développer le bon vaccin par avance".

Sav Neophytou, analyste chez Seymour Pierce, a également considéré que la nouvelle était "positive" pour le groupe britannique, et pourrait accélérer l'enregistrement du vaccin aux Etats-Unis.

"Mais nous n'avons pas encore vu beaucoup de données, et si celles qui ont été communiquées ce matin donnent l'impression que les choses sont allées un peu plus vite encore que ce que GSK espérait, il est très difficile de juger un vaccin contre une pandémie de grippe aviaire".

photo belga

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés