Hewlett-Packard prévoit de nouvelles acquisitions en Europe

Le groupe informatique américain Hewlett-Packard veut réaliser en Europe de nouvelles acquisitions de sociétés de services informatiques ou de logiciel, a indiqué jeudi à l'AFP son directeur général EMEA (Europe-MoyenOrient-Afrique) Francesco Serafini.

(afp) Hewlett Packard, qui vient d'acquérir successivement les sociétés suisse Silverwire (photo numérique), israélienne Mercury (gestion de systèmes) et italienne Technology Partners (gestion de données), prévoit-il de poursuivre cette stratégie de croissance externe?

Notre stratégie est de chercher à augmenter notre portefeuille de technologies et pour cela nous regardons les opportunités qui apparaissent sur le marché européen. Les logiciels, notamment les logiciels de gestion des systèmes informatiques et dans le domaine de télécoms, et les services informatiques sont des secteurs clés pour nous.

Le secteur des services, très fragmenté, est en train de se consolider, comme en témoigne la récente acquisition du Français Unilog par le Britannique Logica. Nous sommes intéressés par des acquisitions financièrement saines, que nous pouvons intégrer rapidement: cela concerne donc des entreprises de taille moyenne, de l'ordre de 300 millions d'euros, plutôt que des grandes entreprises européennes.

Les résultats de Hewlett-Packard au troisième trimestre vous donnent-ils une meilleure visibilité sur ceux du quatrième trimestre?

Nous avons réalisé un troisième trimestre très solide, avec un bénéfice net de 1,38 milliard de dollars, contre 73 millions un an plus tôt, et qui témoigne de progrès importants de notre compétitivité. Nous enregistrons une progression de la rentabilité dans toutes nos divisions et nous gagnons des parts de marché. En Europe, nous sommes leader sur le marché des ordinateurs PC, avec 16,5% de parts de marché selon l'institut IDC, et numéro un sur le marché de l'impression, à l'exception des scanners, où nous sommes numéro 2. Dans les services, nous sommes quatrième ou cinquième européen et nous progressons par rapport à la concurrence.

Mais nous n'allons pas sacrifier la rentabilité aux gains de parts de marché. Ainsi, nous avons relevé nos prévisions pour le quatrième trimestre, pour lequel nous prévoyons désormais un bénéfice hors exceptionnels compris entre 61 et 63 cents par action. Nous avons déjà réalisé plus de 50% de notre programme de réduction d'effectifs, annoncé en septembre 2005 et portant sur 15.000 emplois, et nous pensons l'avoir pratiquement achevé fin 2006.

Le problème des batteries d'ordinateurs portables, qui a obligé votre concurrent Dell à rappeler 4 millions de pièces, concerne-t-il également Hewlett Packard?

Comme Dell, nous nous fournissons en batteries en lithium-ion pour ordinateurs portables auprès de Sony. Mais nous n'utilisons pas les mêmes modèles de batteries et nous n'avons connaissance d'aucun risque concernant cette partie de nos portables, que nous considérons comme très importante dans des marchés aux performances sans cesse plus poussées. Nous sélectionnons donc soigneusement nos batteries avant de configurer nos différents modèles de portables.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés