Inco renonce à racheter Falconbridge après l'échec de son OPA

Le géant minier canadien Inco renonce à son projet de rachat de son concurrent Falconbridge après l'échec de son offre publique d'achat sur ce dernier, et va se concentrer "sur une transaction à deux parties avec Phelps Dodge", d'après un communiqué vendredi.

(afp) "Inco annonce que son offre publique d'achat pour acquérir les actions de Falconbridge a expiré à minuit (heure de Vancouver) le 27 juillet", indique le communiqué.

"A l'heure de l'expiration, le minimum de 50,01% requis pour la réussite de l'OPA n'avait pas été atteint, et le groupe a par conséquent décidé de mettre fin à son offre de rachat", ajoute Inco.

"Bien qu'un grand nombre d'actionnaires de Falconbridge aient soutenu notre offre, cela n'a malheureusement pas suffi", a commenté Scott Hand, PDG d'Inco, dans le communiqué.

"Inco entend à présent achever sa transaction à deux parties avec Phelps Dodge pour créer une puissance mondiale du nickel et du cuivre", a-t-il ajouté.

En se retirant, Inco laisse la porte ouverte à l'offre concurrente du suisse Xstrata, qui court jusqu'au 14 août.

Inco, dans son offre amicale, proposait de racheter Falconbridge pour l'équivalent de 64,40 dollars canadiens (56,67 USD) en actions et en numéraire tandis que l'offre de Xstrata, inférieure à 62,50 dollars canadiens (55 USD), est uniquement en numéraire.

Le groupe américain Phelps Dodge, numéro trois mondial du cuivre, avait convenu en juin du rachat d'Inco et Falconbridge à travers une transaction amicale chiffrée à quelque 40 milliards de dollars américains et représentant la plus importante offre publique d'achat (OPA) de l'histoire du Canada.

(photo: belga)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés