IPTE prépare une acquisition pour cette année

Après avoir acquis en avril dernier le solde des actions (48%) qu'elle ne détenait pas encore dans la société française Antest, IPTE est toujours à la recherche de nouvelles acquisitions. Selon son administrateur délégué Huub Baren, un dossier pourrait encore être conclu cette année. Il n'a pas souhaité en dire plus sur l'identité de la société visée. Une chose est sûre, IPTE n'a pas l'intention de faire appel au marché pour financer cet achat. « Cela n'est pas nécessaire, a-t-il précisé. Nous nous tournerons vers notre banque. »

Ce spécialiste de la fourniture de moyens de production destinés à l'industrie électronique a connu un deuxième trimestre difficile. Avec un chiffre d'affaires de 34,8 millions d'euros (contre 34,6 millions un an plus tôt) et un bénéfice net de 277.000 euros (696.000 euros), les résultats n'ont pas atteint les prévisions. Divers éléments exceptionnels expliquent cette situation : la hausse du prix du cuivre qui n'a pas été répercutée à temps sur la clientèle, la réduction des effectifs (de 380 à 310 personnes) dans une unité de production située en Roumanie et la hausse significative des charges financières.

Pour les six premiers mois de l'année, le chiffre d'affaires se monte à 67,2 millions d'euros quasiment identique à celui du premier semestre 2005. Le résultat net, lui, décroit pour atteindre 805.000 euros contre 1,2 million un an plus tôt.

La progression du carnet de commandes au 2e trimestre qui a atteint son niveau le plus élevé depuis trois ans à 46,3 millions d'euros, permet à IPTE d'envisager les prochains trimestres avec optimisme.

« Nous tablons pour l'ensemble de l'année sur une hausse de 10 à 15% de notre chiffre d'affaires », nous a précisé Huub Baren. Il s'est établi à 126,6 millions en 2005. Pour le résultat net, le patron d'IPTE prévoit une hausse de 20 à 30% par rapport aux 2,2 millions dégagés l'an dernier.

Par contre, il n'est toujours pas question de distribuer un dividende. Depuis son introduction en Bourse sur Euronext Bruxelles en 2000, IPTE qui a connu quatre années de vaches maigres, n'a jamais rétribué ses actionnaires. Introduite au prix de 22 euros, l'action évolue aujourd'hui autour de 5 euros.

photo belga

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés