J. Thijs: pas de "facteur de quartier" avant l'engagement du personnel requis

La patron de la Poste se veut rassurant: 4.000 personnes seront engagées. Mais il exclut tout retour en arrière par rapport au projet initial.

Le projet de "facteur de quartier" ne sera pas mis en oeuvre avant l'engagement du personnel nécessaire, a annoncé le patron de la Poste, Johnny Thijs, mercredi sur les ondes de La Première.

Le projet prévoit l'engagement de quelque 4.000 équivalents temps plein, chargés de travailler au maximum 3H48 par jour pour un salaire horaire brut de 9,66 euros. Pour le patron de la Poste, ces emplois s'adressent à des travailleurs qui souhaitent "compléter les revenus du ménage".

Le projet, qui devrait démarrer le 9 août dans une dizaine de bureaux-pilotes avant d'être généralisé en janvier 2011, mécontente les travailleurs affiliés à la CSC et au SLFP. Une action de protestation est d'ailleurs en cours depuis lundi au bureau de poste de Hannut.

Appel à la discussion

Le patron de la Poste a été formel mercredi: il n'est pas question de revenir en arrière. "Le projet fait l'objet d'un accord au sein de la commission paritaire et il faudra parvenir à le mettre en route", a-t-il expliqué. Il a cependant promis que rien ne serait lancé avant l'engagement du personnel requis. "Et nous sommes convaincus que nous trouverons le personnel nécessaire. Nous engageons tous les jours", a-t-il fait remarquer.

Concernant le mouvement de grogne à Hannut, Johnny Thijs a lancé un "appel à la discussion" pour "trouver une solution".

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés