KarstadtQuelle revoit ses prévisions en baisse et est puni en Bourse

Le groupe de distribution allemand KarstadtQuelle, en pleine restructuration, a révisé mercredi ses prévisions annuelles nettement à la baisse alors que sa division vente par correspondance continue de lui causer du souci, et a été durement sanctionné en Bourse.

(afp) Pour l'exercice, KarstadtQuelle, propriétaire des grands magasins Karstadt, des catalogues Quelle et Neckermann et pour moitié du voyagiste Thomas Cook, attend maintenant une hausse de l'excédent brut d'exploitation (Ebitda) de 10%, contre un précédent objectif de 20%.

Les investisseurs n'ont pas du tout apprécié. L'action perdait 10,35% à 15,59 euros à 10H30 GMT, les courtiers parlant de "mauvaise surprise".

Le bénéfice net 2006 sera pour sa part gonflé par la cession en mars d'un gros paquet d'actifs immobiliers. C'est cette opération qui a d'ailleurs permis au groupe d'afficher un bénéfice net en forte hausse au deuxième trimestre (666 millions, contre une perte de 161 millions en 2005).

Mais au niveau de l'exploitation, le bilan est beaucoup moins rose. Au premier semestre, l'Ebitda ajusté est passé dans le rouge avec une perte de 42 millions, plombé par la mauvaise performance des activités de vente par correspondance, toujours sous perfusion. Cette division a inscrit une perte de 108 millions au seul deuxième trimestre, et est "en plein chantier", a commenté le groupe dans un communiqué.

KarstadtQuelle va consacrer 200 millions d'euros à la restructuration de la vente par catalogues, mais "du fait des longs délais de préparation des catalogues, la tendance ne sera pas inversée avant la fin 2007", prévient la société.

La refonte de cette activité pourrait conduire à de nouvelles suppressions d'emplois, a prévenu lors d'une conférence de presse Marc Sommer, patron de la vente par correspondance. "Nous allons aussi nous attaquer aux frais de personnel", a-t-il averti, sans donner de détails. En novembre le groupe a déjà annoncé la suppression de 1.000 emplois dans la division.

KarstadtQuelle semble également chercher le salut pour ses catalogues dans une cession, ou du moins une coopération. "Nous sommes en discussions pour des coopérations et sommes confiants d'arriver à un accord avant la fin de l'année", selon M. Sommer.

Selon un analyste allemand toutefois, la vente par correspondance est de plus en plus "un puits sans fond" pour le groupe.

Les autres activités se comportent mieux. Les grands magasins Karstadt notamment ont profité d'une timide reprise de la consommation des ménages, et surtout du Mondial-2006 de football, qui s'est tenu en Allemagne du 9 juin au 9 juillet et ont augmenté leur chiffre d'affaires de 6% au deuxième trimestre. Mais l'Ebitda reste négatif.

Pour Thomas Middelhoff, le patron appelé à la rescousse en 2005 et qui mène depuis la restructuration tambour battant, "la société est sortie du gros de l'ornière", a-t-il déclaré mercredi.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés