Publicité

L'année 2006 a été la plus sûre de l'histoire de l'aviation civile (IATA)

"2006 a été l'année la plus sûre" de l'aviation civile, a affirmé mardi à Casablanca le directeur général de l'Asociation internationale du transport aérien (IATA), Giovanni Bisignani.

(afp) "Il y a 60 ans, nous transportions 9 millions de passagers et nous enregistrions 800 décès par an. Nous avons le même nombre de décès en 2006 alors que nous avons transporté 2,2 milliards de voyageurs", a souligné M. Bisignani, lors d'une conférence de presse au siège de la compagnie Royal Air Maroc (RAM).Il s'est félicité de la réduction de 50% du taux d'accidents en 2006 par rapport à il y a dix ans. Selon lui, le "taux de perte de coque par millions de secteurs parcourus (pertes d'avions par millions de vols) a été ramené à 0,65 contre 1,32 en 1996"."Notre objectif est de ramener le taux à 0,49 d'ici la fin 2008", a-t-il souligné. Il y a eu en 2006, 21 accidents qui ont causé la mort de 858 personnes.

M. Bisignani et Driss Benhima, directeur général de RAM, ont signé mardi un mémorandum d'entente à Casablanca concernant la formation.RAM et IATA ont décidé d'étendre leur partenariat à "des formations en management et leadership de qualité à l'attention du personnel des compagnies aériennes, de l'aviation civile, (...) de la sûreté, de la sécurité et du fret", indique un communiqué commun.M. Benhima a par ailleurs souligné l'impact de la collaboration avec IATA sur la politique d'ouverture du Maroc en matière de transport aérien. Il s'est félicité de la signature en décembre 2006 de l'accord "ciel ouvert" par le Maroc et l'Union européenne."C'est la politique de libéralisation du ciel marocain qui a permis l'essor du tourisme", a-t-il souligné ajoutant que près de 70% des ventes de la RAM s'effectuaient à l'étranger.M. Benhima a rappelé que RAM est membre d'IATA depuis 1982 et que ses normes de sécurité ont été certifiées par cette association internationale en 2005.Interrogé sur la RAM en Afrique, M. Benhima, a préconisé "le sérieux et la prudence avant de créer une compagnie africaine". Il s'est félicité de la "réussite" d'Air Sénégal International et a déploré le désaccord entre RAM et les autorités gabonaises concernant le rachat de la compagnie locale par RAM.M. Benhima a expliqué qu'"on ne peut pas faire démarrer une compagnie en Afrique avec deux avions gros porteurs. Selon notre expérience, cela conduit à l'échec, mais nous respectons la décision des autorités gabonaises".

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés