L'avenir de l'OMC est en danger, avertit Pascal Lamy

L'avenir de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) est en danger si les 149 pays membres ne se mettent pas d'accord dans les toutes prochaines heures sur la baisse des droits de douane et des subventions agricoles, a averti vendredi son directeur général, Pascal Lamy.

(AFP) "Faute d'un accord très rapide sur l'agriculture et les droits de douane sur les produits industriels, nous allons mettre en danger l'avenir du cycle de Doha, de l'OMC et du système multilatéral", a déclaré M. Lamy aux pays membres réunis en séance plénière à Genève. Tandis qu'une réunion entre six grands acteurs de la négociation de Doha ouverte en 2001 dans la capitale du Qatar (Australie, Brésil, Etats-Unis, Inde, Japon, UE) n'a pas permis jeudi soir de débloquer les discussions, M. Lamy a accusé les ministres participants de n'avoir pas encore engagé une "véritable négociation". "Si nous ne changeons pas de cap radicalement dans les prochaines heures ou les prochains jours, nous serons franchement face à une crise", a ajouté M. Lamy, dont les propos étaient rapportés par un porte-parole. Il a aussi plaidé contre un nouveau report des discussions à la fin du mois de juillet, comme l'ont suggéré plusieurs délégations. "Nous ne pouvons plus nous payer le luxe de continuer à nous offrir des prolongations", a-t-il estimé. "Remettre à demain n'apporte pas le succès". De nouvelles réunions entre les différentes délégations étaient prévues vendredi à Genève, mais, faute de compromis, les négociateurs n'étaient pas certains qu'il soit nécessaire de prolonger les discussions pendant le week-end comme cela était prévu à l'origine.

(Photo: Belga)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés