L'intérim entame sa lente remontée

A-t-on atteint le fond de la crise? Les acteurs du secteur de l'intérim se posent la question. Le leader mondial du secteur, le Suisse Adecco, a publié des résultats bien en dessous du consensus des analystes. Et ses dirigeants continuent d'estimer la situation très difficile, notamment dans le secteur de l'automobile. En revanche, ils voient des signes positifs dans la construction, dans les transports et, depuis deux mois, dans les services financiers…






Bruxelles (L'Echo) - Prudent, le groupe a annoncé la poursuite de ses licenciements et de la réduction de ses coûts. "Nous sommes confiants pour l'année en cours en termes de profitabilité, mais nous ne donnons aucun pronostic", a affirmé son directeur général Patrick de Maeseneire, faisant valoir une bonne tenue de la marge opérationnelle.

En Belgique, la situation reste également difficile. Selon les derniers chiffres du secteur, l'activité marque toujours en juin un recul de 26,24 % sur un an.

En revanche, elle a augmenté très légèrement, de 0,26 %, par rapport au mois de mai 2009.

"On ne peut certainement pas parler de reprise, déclare Sébastien Delfosse, porte-parole de Federgon, la fédération belge de l'intérim. Mais tout indique que fond a été touché."

D'autant que le segment ouvrier, baromètre de la santé de la production, affiche en juin une progression de 0,79 % sur un mois.

 

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés