La Belgique satisfaite de la fusion 'amicale'

Le gouvernement wallon a exprimé dimanche soir sa satisfaction 'quant à la solution amicale' intervenue entre Mittal et Arcelor. Le Premier ministre Guy Verhofstadt, ainsi que son homologue flamand, Yves Leterme, accueillent la fusion de façon positive.

(l'écho avec belga) - Le gouvernement wallon a exprimé dimanche soir sa satisfaction 'quant à la solution amicale' intervenue entre Mittal et Arcelor en vue d'une fusion entre les deux groupes sidérurgistes. Une solution 'qui devra permettre de mettre en oeuvre les engagements pris par les deux groupes en faveur de la sidérurgie et du volume d'emploi en Wallonie', a affirmé le gouvernement wallon, qui détient 2,4% du capital d'Arcelor, dans un communiqué.

'La stratégie défendue par le gouvernement depuis le début du lancement de l'Offre publique d'achat (OPA) a permis d'ouvrir un dialogue suivi et systématique avec les deux parties', souligne le gouvernement wallon, qui considère toutefois que 'la compétition hostile dans laquelle les deux groupes s'étaient inscrits allait à l'encontre des intérêts des travailleurs du groupe Arcelor ainsi que du projet industriel que chacun défend'.

Le gouvernement wallon rappelle également qu'au travers de l'analyse effectuée par la banque d'affaires Lazard, Arcelor confirmait 'le respect de ses engagements vis-à-vis de la Région et notamment ceux résultant de l'accord tripartite de 2003'.

De même, il apparaissait que Mittal 'envisageait de réexaminer positivement, d'une part, l'avenir de la division 'Aciers inoxydables' d'Arcelor au sein du nouveau groupe et, d'autre part, la décision de fermer le second haut fourneau de Liège en 2009', souligne encore le communiqué.

'Tous les excès de dépenses financières sous quelque forme que ce soit auraient tôt ou tard dû être récupérés par des rationalisations et des restructurations pouvant avoir des conséquences très négatives sur le volume d'emploi', estime encore le gouvernement, qui exprime donc sa satisfaction quant à la solution intervenue dimanche soir entre les deux groupes sidérurgiques.

Le Premier ministre Guy Verhofstadt s'est félicité dimanche de la décision unanime du conseil d'administration d'Arcelor d'accepter l'offre de Mittal, qui va mener à une fusion des deux premiers groupes sidérurgistes mondiaux.

'Si les actionnaires entérinent cette décision, cela mettra fin à des mois de discussions ainsi qu'à l'incertitude des actionnaires et au sort réservé aux infrastructures belges', a déclaré M. Verhofstadt à l'agence BELGA.

'Comme l'a souligné l'analyse de la banque d'affaires Lazard, cette union ouvre de nouvelles opportunités pour les sites belges', a estimé le premier ministre, qui rappele que la Belgique a entretenu un dialogue continu avec les deux groupes durant les derniers mois.

Mittal a dans ce cadre fait part des diverses garanties écrites à propos des filiales belges d'Arcelor et le gouvernement entend bien que celles-ci soient 'pleinement honorées', a ajouté le chef du gouvernement fédéral.

Dès que les actionnaires auront avalisé la décison du conseil d'administration d'Arcelor, M. Verhofstadt et les ministres-présidents wallon et flamand, Elio Di Rupo et Yves Leterme, rencontreront les responsables du nouveau groupe afin d'évoquer avec eux la mise en oeuvre de ces garanties.

L'accord survenu dimanche entre Arcelor et Mittal est une bonne chose car 'il met fin à une période d'incertitude et d'instabilité', a estimé le ministre-président flamand Yves Leterme.

Celui-ci juge également positif le fait que les infrastructures belges soient désormais intégrées à un acteur mondial de premier plan. Il espère en outre que les deux groupes se tiendront à leurs intentions.

En Flandre, Mittal s'est engagé à maintenir voire à renforcer les activités inox du site Ugine & ALZ à Genk, ainsi que de considérer Sidmar à Gand comme un investissement prioritaire.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés