La presse américaine souligne la vigueur des échanges

Plusieurs grands journaux américains rendaient compte jeudi du débat télévisé entre Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal en soulignant la vigueur des échanges entre les deux candidats à l'élection présidentielle française.

(afp) "Joute vigoureuse entre les candidats à l'approche du vote" final le 6 mai, titre le New York Times, qui parle d'"un type de confrontation âpre qui a disparu de la scène américaine, où les candidats s'évitent le plus possible".

"Le débat s'envenime alors que les rivaux pour la présidentielle échangent des coups" résume le Washington Post.

Le Los Angeles Times a mis l'accent sur le style adopté par Ségolène Royal et titre: "La socialiste se montre aggressive au cours du débat".

L'ensemble des quotidiens revient sur leur vif échange au sujet de la prise en charge des enfants handicapés, un thème qui a conduit Mme Royal a accusé son rival "d'immoralité politique". M. Sarkozy lui a alors répondu de "se calmer" puis l'a accusée de perdre son sang-froid.

Pour le LA Times, "les candidats ont semblé avoir emprunté la personnalité de l'autre pendant les deux heures et demie de débat (...) Royal a paru déterminée à montrer sa force et son autorité aux électeurs qui doutent de ses capacités. Et Sarkozy, un orateur formidable et expérimenté, a dû prendre sur lui pour se réfréner (...) préoccupé par les critiques qui le trouvent autoritaire et virulent."

Pour le Washington Times, "M. Sarkozy a paru souvent se retenir pendant le débat, ne regardant pas souvent Mme Royal dans les yeux et s'adressant plutôt aux journalistes".

L'impact du débat sur les électeurs est incertain, conclut le Washington Post qui écrit "si Royal a parfois été avare de détails, elle a montré plus de passion. Et si Sarkozy a parfois paru perdu dans les détails, Royal est restée centrée sur des principes et des objectifs, même si elle n'a pas toujours été en mesure d'expliquer comment elle les réaliserait".

Publicité
Publicité

Echo Connect