Les facteurs de quartier ne font pas recette

De source syndicale, le nouveau système des facteurs auxiliaires est confronté à de nombreux désistements.

Le système des facteurs auxiliaires appelé aussi facteurs de quartiers, qui a été lancé ce lundi à Jodoigne, est confronté à "pas mal de désistements", a indiqué André Blaise (CSC). "Travailler à mi-temps pour 9,68 euros brut de l'heure alors que la rentabilité exigée est extrêmement élevée: le calcul est vite fait!", a commenté le responsable du syndicat chrétien.

Pour rappel, les premiers facteurs auxiliaires, chargés de la distribution exclusive du courrier ordinaire, ont fait leur apparition sur le terrain au début du mois d'août, à Brecht (Anvers). Le lancement du projet dans les autres bureaux pilotes avait été reporté à la suite d'une levée de boucliers syndicale.

Depuis, en Flandre, un nouveau bureau est entré en phase de test chaque semaine. Et en Wallonie, le système a été introduit, entre autres, à Frameries la semaine dernière et à Jodoigne ce lundi.

 

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés