Les liquidateurs de Swissair rejettent les exigences belges

Les liquidateurs du groupe tombé en faillite SAirgroup ont rejeté la majorité des exigences posées par le gouvernement belge (1,3 milliards de francs suisses, soit 830 millions d'euros) et de la compagnie aérienne faillie Sabena (2,5 milliards d'euros), a annoncé mercredi l'agence de presse suisse ATS.

(belga) Les créanciers disposent désormais de 20 jours pour faire appel de cette décision.

Sur des exigences atteignant un total de 65,5 milliards de FS (41,5 millions d'euros environ), les liquidatateur de SAirLines, Karl Wüthrich et Roger Giroud, en ont rejetées à hauteur de quasiment 61 milliards, ont précisé ces derniers.

Dans l'ensemble des créances rejetées, 40 milliards de francs suisses avaient été demandés par quatre anciennes filiales de SAirLines en France et en Belgique, encore opérationnelles.

Les liquidateurs ont aussi écarté en grande partie des prétentions de 1,3 milliard de francs suisses (830 millions d'euros) de l'Etat belge ainsi que de plus de 4,2 milliards (2,5 milliards d'euros) émanant de la Sabena.

Les liquidateurs de SAirLines ont cependant reconnu au total 156 prétentions pour plus de 488 millions de FS (310 millions d'euros environ). Ils doivent toutefois encore se déterminer sur des prétentions de 4,07 milliards de francs, dont 2,83 milliards concernent la maison-mère SAirGroup.

Les parties ont jusqu'au 8 août pour faire appel de cette décision. En revanche, des créances de 370 millions de FS concernant les sociétés SAirLogistics, SAirRelations et SAirServices bénéficient d'un droit de priorité. Les prétentions écartées se chiffrent là à 146 millions de francs suisses.

Selon les liquididateurs, toutes les prétentions annoncées devraient pouvoir être intégralement couvertes. Mais les créanciers de SAirLines, l'unité regroupant les compagnies aériennes du groupe failli SAirGroup, toucheront dans le meilleur des cas un dividende de 27,6%.

photo belga

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés