Publicité

Miko a souffert de taux de changes défavorables

Miko n’a pas à proprement parler connu une mauvaise année 2008 mais la diminution constante de la livre sterling a tout de même pesé sur son bénéfice.

Bruxelles (L’Echo) – Le producteur de café et d’emballages plastiques  Miko n’a pas à proprement parler connu une mauvaise année 2008 mais la diminution constante de la livre sterling a tout de même pesé sur son bénéfice. Ainsi, ce dernier baisse de 18% sur un an à 4,4 millions d’euros.

« Ce sont des pertes purement comptables », explique le CEO Frank Michielsen, « la baisse de livre sterling est significative pour nous. Nous sommes fortement implantés en Grande-Bretagne ». Miko a en effet racheté sur l’exercice écoulé trois opérateurs de services de café anglais. Le cours bas du zloty polonais n’arrange pas non plus Miko. Au total, les différences de conversion s’élèvent plus ou moins à 0,7 million d’euros.

Autre transaction à avoir pesé sur les recettes annuelles: la dépréciation du goodwill de Grispa, entreprise d’emballages plastiques acquise en février 2008. « Nous avons perdu pas mal de clients de Grispa en raison de la crise financière. Du coup, cela nous a couté 400.000 euros pour amortir le Goodwill mais au moins cela est derrière nous ».

Le chiffre d’affaires progresse pour sa part de 15,2% à 113,33 millions d’euros. Une hausse à imputer principalement à la division plastiques qui pèse pour la moitié des ventes de Miko. La croissance des ventes dans ce secteur d’activité est de 30% tandis que celles de la division café ne progresse que de 2,8%.

Quant aux perspectives, le CEO se permettra d’attendre la publication des premiers trimestriels pour donner la tendance. « Il est encore trop tôt », précise-t-il. Enfin, Miko versera à ses actionnaires un dividende stable par rapport à 2007 à 0,62 euro net par titre.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés