Nouvelle Zélande: réduire les pets de vache pour combattre l'effet de serre

Des chercheurs australiens et néo-zélandais vont s'atteler à combattre à leur manière le rechauffement climatique en stimulant la production laitière des ruminants aux dépens du méthane naturellement secrété par leur panse, annonce vendredi un fond de recherche biotechnologique des deux pays.

(afp) "Nous recherchons une plus grande efficacité de la conversion des aliments par le bétail, nous voulons des vaches produisant un carburant efficace", a expliqué M. Dieter Adam, cadre de l'organisation néo-zélandaise d'amélioration du bétail. "On peut prouver scientifiquement que si les vaches font plus de lait, elles produisent moins de méthane", a-t-il ajouté. Le méthane est l'un des gaz produisant l'effet de serre accusé de provoquer un réchauffement de la planète. Le Fonds biotechnologique australo-néozélandais a précisé que cette recherche visera à aider les éleveurs à mieux sélectionner l'alimentation du bétail sur ces critères. En 2003, le gouvernement néo-zélandais avait déjà tenté d'imposer une taxe aux paysans car leur bétail était accusé de produire plus de la moitié des gaz à effet de serre émis par le pays dans l'atmosphère. Mais ce projet d'impôt, surnommé "taxe aux pets", s'était rapidement évaporé devant les protestations massives du monde paysan.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés