Plus de régulation sur le marché de la large bande, SVP!

Les opérateurs alternatifs de télécommunication Mobistar, Télé2 et Versatel ont plaidé ce mercredi pour une meilleure régulation du marché de l'Internet à large bande, ce qui entraînerait dans la foulée une baisse des prix.

(tnl) A l'avant-veille d'un conseil des ministres qui se penchera sur la technologie à large bande et sur "l'Internet pour tous", ces opérateurs ont donc envoyé une lettre au gouvernement. Ils estiment notamment que le régulateur du secteur, l'IBPT, doit se montrer nettement plus sévère avec Belgacom qui, selon eux, impose des prix trop élevés à ses concurrents pour l'accès à ses lignes. En effet, les opérateurs alternatifs ne disposent pas de leurs propres lignes et doivent donc faire appel à Belgacom pour accéder à son réseau. "Si nous voulons raccorder 100.000 clients, nous devons consentir un investissement de 20 millions d'euros, dont 17 millions vont à Belgacom", déplore Gregoire Dallemagne, administrateur délégué de Tele2. "L'Internet pour tous" n'est pas un véritable succès commercial et le tarif social n'est pas une solution suffisante, ont encore souligné les opérateurs, en réclamant de meilleures règles du jeu. Selon des données récemment publiées sur le taux de pénétration de la large bande, il apparait que la Belgique n'entre plus dans le top 10 mondial. Et les opérateurs alternatifs estiment que les mesures prises par le groupe pour résoudre ce problème sont insuffisantes. "Des changements structurels sont nécessaires pour ouvrir la voie à Internet plus rapide et moins cher", a pointé Paul-Marie Dessart. Aujourd'hui, environ un tiers des ménages sont équipés de la large bande, mais selon Gregoire Dallemagne, ce pourcentage pourrait facilement monter à 50%, avec des innovations ad hoc.

(photo belga)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés