Quatre dirigeants de Ioukos mis en examen par le parquet russe

Le parquet russe a annoncé jeudi l'ouverture d'enquêtes criminelles à l'encontre de quatre dirigeants ou anciens dirigeants du groupe pétrolier Ioukos, dont deux américains, pour "détournement" d'actifs. Cette nouvelle tombe le même jour où l'ex-premier producteur russe de pétrole, a fait appel contre son placement en liquidation judiciaire.

(afp) "Comme le suggère l'enquête, ces personnes, utilisant leurs fonctions, se sont entendues afin d'usurper les actifs à l'étranger de Ioukos", écrit le Parquet dans un communiqué, qui évoque également un "détournement" de ces actifs "par des moyens criminels".

Outre MM. Theede et Misamore, les deux hommes inculpés sont un ancien haut responsable du groupe, David Godfrey, et Tim Osborne, responsable du holding Menatep, principal actionnaire du groupe pétrolier.

Tous vivent à l'étranger, notamment en Grande-Bretagne, où est repliée la direction de Ioukos restée fidèle à l'équipe du fondateur de Ioukos, Mikhaïl Khodorkovski, et sont a priori à l'abri des poursuites russes.

Cette nouvelle attaque du parquet, qui a été à la pointe du démantèlement de l'ancien fleuron de l'industrie pétrolière russe, apparaît comme une volonté de récupérer les actifs de Ioukos à l'étranger, maintenant que la justice s'apprête à vendre ses derniers actifs en Russie dans le cadre de la mise en liquidation judiciaire du groupe.

M. Khodorkovski purge une peine de huit ans de prison en Sibérie, notamment pour fraude fiscale, au terme d'une affaire largement considérée comme politique.

La direction londonienne de Ioukos n'était pas joignable pour commenter ces nouvelles attaques.

Le parquet russe reproche aux quatre responsables d'avoir "enregistré aux Pays-Bas en avril 2005 un fonds spécial" ayant permis selon lui ce "détournement" d'actifs. Il ne fournit pas plus de précisions.

La Cour d'appel d'Amsterdam avait confirmé en février la victoire de Ioukos contre l'Etat russe en l'autorisant à vendre une part de ses actifs à l'étranger, rejetant la requête du groupe public Rosneft.

"Plus de dix milliards de dollars se sont retrouvés de manière illégale à la disposition de ces personnes", assure le parquet dans son communiqué, accusant les quatre hommes d'"avoir utilisé le même mécanisme" concernant les actifs de "plus de 20 filiales de Ioukos"

Appel

L'ex-premier producteur russe de pétrole, a fait appel ce jeudi contre son placement en liquidation judiciaire prononcé début août, a indiqué jeudi le tribunal d'arbitrage de Moscou selon l'agence Interfax.

Aucun représentant du groupe ou du tribunal n'étaient joignable dans l'immédiat pour apporter une confirmation.

Le tribunal d'arbitrage de Moscou a prononcé le 1er août la liquidation judiciaire de Ioukos, mettant le point final à une longue descente aux enfers considérée comme orchestrée par le Kremlin. Les avocats du groupe avaient alors indiqué que la compagnie allait faire appel.

Le tribunal a entériné le diagnostic de l'administrateur judiciaire qui estimait que la valeur des actifs (17,7 milliards de dollars selon lui) est insuffisante pour couvrir les 18,2 milliards de dollars de dettes du groupe.

Cependant une cour d'appel a réduit vendredi de 1,6 milliard de dollars la dette de Ioukos, qui passe ainsi de 18,2 à 16,7 milliards de dollars.

Les actifs estimés du groupe sont donc à présent supérieurs à son passif.

Le liquidateur judiciaire avait assuré début août que l'ensemble des actifs du groupe de l'ex-milliardaire Mikhaïl Khodorkovski, condamné à huit ans d'emprisonnement en Sibérie pour fraude fiscale et escroquerie, seraient vendus.

photo belga

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés