Qui va "bouffer" Biffa? Suez et Terra pourraient se mettre à table

©40

Le rachat du leader britannique du traitement des déchets s'annonce particulièrement difficile. Ce n'est en effet pas la première fois que Biffa aiguise les appétits. Il a d'ailleurs accepté, début février 2008, une offre de 1,2 milliard de GBP de la part de deux fonds d'investissement, Montagu et Global Infrastructure Parters.

Bruxelles (L'Echo) - Dans un secteur en voie de consolidation, le rachat de Biffa s'annonce particulièrement difficile. Ce n'est en effet pas la première fois que ce leader britannique du traitement des déchets attire l'attention sur lui. Après Macquirie, CVC Capital Partner et plus récemment Montagu et Global Infrastructure Partners, Suez et Terra Firma réalimentent à nouveau les rumeurs de rachat.

Biffa est une société britannique spécialisée dans la gestion des détritus. Son activité se déploie par le biais de 4 divisions: la collecte des déchets, le traitement et le recyclage, ainsi que des sites de déchargement proposés à environ 75 000 clients locaux et nationaux dans les secteurs de l'industrie et du commerce.

La société, entrée en Bourse en 2006 sous la houlette de Severn Trent, a réalisé en 2007 un chiffre d'affaires de 742,7 millions de livres (GBP), soit une augmentation de 4,3% par rapport à 2006. La croissance organique du chiffre d'affaires s'est établie à 6,3%. Le bénéfice net annuel était en baisse de 9,1% à 63,3 millions de livres contre 69,6 millions de livres.

Le groupe, qui employait 5147 personnes fin 2007, est présidé par Bob Davies. La section "collecte" est la division la plus importante, elle compte près de 4.000 personnes et a réalisé un chiffre d'affaires de 444,2 millions GBP, en hausse de 5,5% d'une année à l'autre. La marge opérationnelle de cette division est cependant passée de 14% à 12,6% en 2007.   

Autre division importante du groupe, la section "décharges" qui regroupe 32 sites stratégiquement positionnés dans tout le pays. Le chiffre d'affaires de cette division s'est élevé à 319,8 millions de livres en 2007 (+7,6%) et la marge opérationnelle s'est établie à 15% contre 13,5% en 2006. 

La stratégie de Biffa consiste à devenir une entreprise majeure de gestion intégrée des déchets opérant à tous les niveaux de la chaîne : collecte, traitement, recyclage et enfouissement des ordures. Pour ce faire, le groupe compte beaucoup sur la force de sa division "collecte" qui serait la plus prompte à répondre aux changements récents de législation dans le secteur du traitement des déchets.

Pour rappel, Biffa, qui a finalisé sa séparation d'avec Severn Trent dans le courant de l'année 2007, a  déjà accepté début février 2008 une offre de 1,2 milliard de GBP de la part de deux fonds d'investissement, Montagu et Global Infrastructure Parters, tout en laissant planer le doute sur d'éventuelles surenchères.

A la Bourse de Londres, le titre Biffa affichait une hausse de 1,16% à 369,25 pence.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés