Recul de l'action Barco malgré une hausse attendue des commandes

Pour l'ensemble de cet exercice, l'entreprise technologique Barco mise sur une croissance de son chiffre d'affaires de 7% et sur une marge bénéficiaire de 9%, grâce notamment à la hausse attendue des commandes au cours du 3ème trimestre, a déclaré Martin De Prycker, l'administrateur du groupe, à l'occasion de la présentation de ses résultats trimestriels.

(belga) L'entreprise de Courtrai a terminé le second trimestre 2006 sur un chiffre d'affaires de 186 millions d'euros - conforme aux prévisions de la direction qui l'avait estimé entre 182 et 192 millions d'euros -, "soit une hausse de 5,1% d'une année sur l'autre", a fait savoir Barco dans un communiqué.

Au cours de la même période, la marge brute s'est accrue pour atteindre 42,6% et l'EBITA s'est élevé à 16,1 millions d'euros, contre 15,5 millions au second trimestre 2005, soit une augmentation de 4,1%.

De son côté, le résultat net s'est affiché à 11,3 millions d'euros, soit une augmentation considérable par rapport aux 7,4 millions d'euros du premier trimestre 2006. Au second trimestre 2005, le résultat net était de 11,7 millions d'euros.

Le bénéfice courant par action (résultat d'exploitation avant amortissement du goodwill de consolidation plus revenu d'intérêt/frais d'intérêt, divisé par le nombre moyen d'actions en souffrance) a quant à lui atteint 1,05 euro par rapport à 0,96 euro en 2005 et 0,61 euro au premier trimestre 2006.

Le bénéfice net par action s'élève à 0,93 euro par rapport à 0,95 euro au deuxième trimestre 2005 et à 0,62 euro au premier trimestre 2006.

Malgré ces résultats, le cours de l'action a sensiblement reculé mardi matin (-6,7%, soit la plus forte baisse en 18 mois), les chiffres se situant sous les attentes des analystes qui tablaient sur un résultat net de 13,6 millions d'euros.

Le marché a également réagi négativement aux prévisions pour le troisième trimestre, Barco comptant sur un chiffre d'affaires compris entre 172 et 182 millions d'euros et sur un EBITA de 10 à 15 millions d'euros.

Néanmoins, l'dministrateur délégué du groupe est resté "optimiste", grâce notamment aux commandes prévues pour le trimestre en cours.

"Nous sommes confiants en ce qui concerne la croissance de l'entreprise - en particulier dans le secteur du cinéma numérique, ndlr. Une restructuration de grande ampleur n'est pas nécessaire", a conclu le responsable

photo barco

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés