Publicité

Ryanair se défend contre des accusations de taxes abusives

La compagnie aérienne irlandaise à bas prix Ryanair a nié lundi pratiquer des taxes abusives sur ses billets, à la suite d'accusations dans la presse qui pourraient lui valoir une enquête de la Commission européenne.

(afp) La députée européenne autrichienne Eva Lichtenberger, membre de la commission des Transports au Parlement, a indiqué au Daily Telegraph qu'elle allait demander une enquête, alors que Ryanair a été accusée d'augmenter indûment ses taxes sur certains vols dans une émission de télévision allemande, Plusminus, diffusée par la chaîne ARD.

"C'est une affaire très grave. On ment à la clientèle sur le véritable coût des taxes aéroportuaires, ce qui constitue pour moi une violation de la législation européenne relative à la protection des consommateurs", a déclaré la députée.

Ryanair a estimé que les accusations de l'émission Plusminus étaient infondées et qu'aucun de ses passagers n'avait été taxé de façon indue, toutes les taxes correspondant à des frais imposés par les aéroports.

Selon une porte-parole de la compagnie, le détail de ces taxes est en outre donné au client avant qu'il ne confirme son achat sur internet et "tous les passagers acceptent de payer ces différentes sommes dans le cadre du processus de réservation des billets".

Les taxes mises en cause concernent les aéroports de Dublin en Irlande, Rome, Pise, Trévise et Alghero en Italie, ainsi que Charleroi en Belgique, a précisé le Daily Telegraph.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés