Sans Avis, D'Ieteren aurait signé un exercice sans faute

Cinq, puis 10, 15 et finalement 20% de croissance, avait annoncé successivement anticipé le distributeur automobile D'Ieteren. C'est finalement sur une progression de 30% que le groupe clôture son exercice 2006.

(l'écho) "Nous ne sommes pas des menteurs, mais le marché automobile a été nettement plus florissant que prévu", se réjouit Jean-Pierre Bizet, le CEO.

C'est ainsi que le groupe au carrosse peut afficher au titre de 2006, un résultat courant avant impôts de 154,6 millions d'euros (+30,4%), un bénéfice net (part du groupe) de 100 millions (+31,2%) et un chiffre d'affaires de 5,3 milliards (+12 ,1%).

Et c'est essentiellement la division automobile, portée par une année "salon" et un effet DLU, qui a dopé ces résultats. Le résultat courant de l'entité la plus importante du groupe a grimpé de 64,8% à 59,5 millions d'euros. Et puis surtout, D'Ieteren est parvenu à augmenter sa part de marché dans un environnement concurrentiel pour la porter à 19,43%. Objectif pour 2007 : franchir le cap des 20%.

Pour cela, D'Ieteren compte bien sûr sur l'arrivée de nouveaux modèles (la CrossGolf et la A5, notamment) mais aussi sur un programme de fidélisation de la clientèle flambant neuf. Le tout dans un marché attendu en recul de 7% par rapport à 2006. "2007 sera une année 'business as usual' ; c'était 2006 qui était exceptionnelle", a commenté Thierry van Kan, CEO de D'Ieteren Auto.

Autre fille chérie du groupe, la division Belron (remplacement et réparation de vitres) qui affiche elle aussi une croissance soutenue. Son résultat courant a ainsi progressé de 20,4% à 72 millions d'euros, pour des ventes de 1,5 milliard (+20,2%). "Nous nous attendons à une nouvelle année de croissance pour Belron en 2007, mais peut-être à un taux légèrement moins élevé que l'an dernier, notamment à cause d'un hiver particulièrement doux", a précisé Jean-Pierre Bizet.

L'expansion géographique pourrait encore être au rendez-vous de cette année, comme ce le fut l'an dernier, avec notamment l'acquisition du numéro un américain du secteur, Safelite. " Nous espérons obtenir le feu vert des autorités américaines sur ce dossier dans les tous prochains jours ", a encore indiqué le CEO du groupe.

Seule ombre au tableau de D'Ieteren, sa filiale de location Avis Europe qui a annoncé mardi des chiffres décevants. "En tant qu'actionnaire majoritaire, nous maintenons la pression sur la management d'Avis Europe pour qu'il continue à réduire ses coûts", affirme Jean-Pierre Bizet.

D'Ieteren semble toujours confiant dans les possibilités de sa division de location, qui en dépit de ses difficultés contribue toujours positivement aux résultats de sa maison-mère. "Nous n'avons pas l'intention de racheter les minoritaires d'Avis, mais nous voulons conserver la majorité du capital", affirme-t-on rue du Mail.

En 2007, 10 millions d'euros seront encore consacrés à la restructuration d'Avis Europe, avec à la clé des économies prévues de 25 millions d'euros.

L'ensemble des ces éléments devrait permettre à D'Ieteren d'afficher un résultat courant avant impôts en progression de 5 à 10%. Le groupe proposera à ses actionnaires la distribution d'un dividende brut de 2,64 EUR, en progression de 10%.

Photo Belga

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés