Sapec manque de visibilité pour formuler des prévisions sur 2006

le holding table sur une croissance comparable à celle de 2005, mais n'a pas encore reçu de "signaux encourageants".

(tnl) "Nous espérons afficher une croissance comparable à celle de 2005 mais, à cette date, nous n'avons pas de signaux très encourageants", nous a confié Antoine Velge, l'administrateur délégué de Sapec en marge de l'assemblée de la société qui se tenait mardi à Bruxelles. "Nous ne sommes pas pessimistes", a-t-il tenu à préciser "mais nous manquons de visibilité pour formuler des prévisions pour l'ensemble de l'exercice en cours. " Du moins pour le résultat récurrent.

Pour l'exceptionnel, le holding actif essentiellement dans la péninsule ibérique, prévoit déjà d'acter des plus-values issues de la cession, au début de cette année, de l'ensemble de ses projets de parcs éoliens. Sapec a en effet annoncé en janvier dernier la cession de ses projets de parcs éoliens en Espagne, logés dans la société Naturener, à une filiale d'Iberdrola. Le prix total s'élèvera à un maximum de 25,7 millions d'euros dont la moitié devrait revenir à Sapec et le solde à ses partenaires au sein de Naturener. "Cette opération dont la concrétisation est échelonnée et liée à l'obtention définitive des mégawatts prévus dans le contrat, se traduira par des plus-values significatives pour le groupe Sapec en 2006, 2007 et 2008" a rappelé Eduardo Catroga, le président du conseil d'administration de Sapec.

En matière d'énergie renouvelable, Sapec se concentre donc désormais sur l'eau. Le groupe produit et vend de l'énergie hydraulique au travers 14 mini-centrales situées en Espagne qui totalisent une capacité installée de 55 MW. Sapec est à la recherce de nouveaux projets. "Nous en avons examiné trois depuis janvier mais ils sont chers" a précisé Antoine Velge.

Sapec ce n'est pas seulement de l'électricité. Le holding, coté sur Euronext Bruxelles, déploie ses activités dans des secteurs comme l'agriculture, la chimie, la nutrition animale et la logistique. Avec comme point commun, la péninsule ibérique. Une diversification qui a encore fait les preuves de son efficacité l'an dernier. "L'exercice 2005 peut se définir comme un exercice extrêmement contrasté où tout le mérite de la diversification de nos activités a démontré ses bienfaits" a souligné le président du conseil d'administration.

L'an dernier, Sapec a dégagé un résultat net (part du groupe) de 12,1 millions d'euros contre 10,8 millions un an plus tôt.L'actionnariat du holding est stable. Les principaux actionnaires sont Luso Hispanic Investment, la Financière Frederic Jacobs et la Cobepa. Quelque 71,38% du capital est entre des mains fermes. Il y a eu, en début d'année, des mouvements sur le titre. "Entre mi-décembre et mi-janvier, des blocs importants ont changé de mains, nous a confié Antoine Velge en marge de l'assemblée. Cela représentait entre 4 et 5% du capital." Les nouveaux actionnaires ne se sont pas fait connaître.

Tous les points à l'ordre du jour de l'assemblée ordinaire ont été approuvés à l'unanimité des sept actionnaires présents ou représentés ayant déposé 937.204 actions. Xavier Scheyven a vu son mandat d'administrateur renouvelé tandis que Patricia Velge entre au conseil en remplacement de Christian Terlinden. Un dividende brut de 2,10 euros par action sera mis en paiement le 27 juin. Une assemblée extraordinaire a ensuite renouvelé l'autorisation donnée au conseil d'administration pendant une durée de 18 mois d'acheter ou de vendre des actions propres.

Stéphane Wuille

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés