Siemens a refusé une offre de 8 milliards d'euro sa division réseaux

La banque d'affaires américaine Merrill Lynch a fait une offre de 8 milliards d'euros au conglomérat industriel allemand Siemens pour reprendre ses activités de réseaux avant l'annonce de rapprochement avec Nokia, selon der Spiegel à paraître lundi.

(afp) Un porte-parole de Siemens a refusé samedi de commenter cette information rapportée aussi par un autre magazine allemand, Focus.

'L'institut de crédit a présenté le 26 avril à la direction de Siemens une offre pour reprendre la division pour huit milliards d'euros bien pesés, mais l'offre a été rejetée par le conseil de surveillance', indique l'hebdomadaire der Spiegel.

'Début avril un investisseur et la banque d'investissements Merrill Lynch ont pris contact avec la direction du groupe', précise le magazine, soulignant que Merrill Lynch a confirmé la tenue d'entretiens.

Le groupe allemand Siemens et le Finlandais Nokia ont annoncé le 19 juin la fusion de leurs activités dans les réseaux fixes et mobiles pour créer un géant mondial pesant près de 16 milliards d'euros de chiffre d'affaires.

Siemens et Nokia étaient déjà sur le point de conclure cette alliance à la fin 2005 mais le rapprochement avait échoué en raison notamment d'un changement de direction chez le groupe finlandais, selon der Spiegel.

Le 17 juin, sept représentants du personnel avaient rejeté la fusion prévue avec Nokia lors d'une réunion du conseil de surveillance de Siemens, notamment parce qu'ils s'étaient estimés insuffisamment informés avant la rencontre, croit savoir der Spiegel.

Le patron du conglomérat industriel allemand Siemens, Klaus Kleinfeld, n'a pas exclu de nouvelles suppressions d'emplois après l'annonce de la fusion de ses activités de réseaux avec celles de Nokia, dans un entretien à la presse allemande à paraître dimanche.

'Ce n'est pas possible dans une entreprise dotée d'une structure aussi complexe', d'exclure de telles suppressions, a-t-il déclaré dans un entretien au journal dominical Welt am Sonntag.

Le patron de Siemens a laissé ouvertes toutes les options concernant la division de services informatiques Siemens Business Services (SBS). La qualifiant d''unité importante', il a déclaré travailler à sa 'réorientation stratégique'.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés