Publicité

Trichet inflexible sur l'indépendance de la BCE

Le président de la Banque centrale européenne (BCE) Jean-Claude Trichet a réaffirmé jeudi qu'il resterait inflexible sur l'indépendance de l'institut, remise en question récemment par de hauts responsables politiques français.

(afp) "Je suis inflexiblement attaché à la stricte application du Traité" de Maastricht, qui préconise une indépendance de la BCE dans ses décisions de politique monétaire, a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse, non sans avoir auparavant relu aux journalistes le paragraphe en question du Traité.

C'est "essentiel pour notre crédibilité", et pour remplir la mission première de l'institut, la stabilité des prix, a-t-il ajouté.

Plusieurs hauts responsables politiques français, dont les deux candidats favoris pour l'élection présidentielle, Ségolène Royal (socialiste) et Nicolas Sarkozy (UMP, droite), ont à plusieurs reprises demandé une remise à plat des compétences de la BCE. Ils lui reprochent notamment de trop se focaliser sur la défense de la stabilité des prix, et de ne pas faire assez pour la croissance et l'emploi.

M. Trichet s'est félicité du soutien de l'Allemagne à ce sujet. Une position "claire comme du cristal", aussi bien du ministre des Finances social-démocrate Peer Steinbrück que de la chancelière conservatrice Angela Merkel, qui était montée au créneau pour défendre l'institut contre les attaques françaises.

"L'indépendance de la BCE (...) et son devoir de maintenir en priorité la stabilité des prix sont garantis et doivent être respectés par tous", a redit mercredi M. Steinbrück, une semaine après avoir qualifié "d'intangible" l'indépendance de la banque centrale.

Photo EPA

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés