TUI à la peine dans le transport maritime

Le premier groupe de tourisme européen, l'allemand TUI, a été plombé au deuxième trimestre par ses activités de transport maritime, et cela va continuer au second semestre, conduisant à un recul de son bénéfice d'exploitation annuel.

(afp) Le bénéfice net de l'ensemble du groupe est ressorti à 38,8 millions d'euros, pratiquement divisé par quatre comparé aux 149 millions enregistrés un an plus tôt, selon un communiqué publié jeudi.

Mercredi soir, TUI avait déjà annoncé un plongeon de 56% à 89 millions d'euros de son bénéfice d'exploitation (Ebita), bien plus important qu'attendu par les analystes, et averti en conséquence qu'il attendait un recul de ce bénéfice d'exploitation sur l'ensemble de l'année.

Le chiffre d'affaires a augmenté au deuxième trimestre de 22,1% sur un an à 5,3 milliards d'euros. Les analystes espéraient toutefois un peu plus, 5,4 milliards selon l'agence financière AFX News.

TUI a souffert surtout dans le transport maritime, où les tarifs du fret ont baissé tandis que les prix du carburant grimpaient.

L'intégration récente de l'armateur canadien CP Ships a certes gonflé le chiffre d'affaires de la division, plus que doublé à 1,6 milliard contre 765 millions un an plus tôt. Mais elle accuse une perte d'exploitation de 41 millions (contre un bénéfice de 91 millions un an plus tôt).

Les analystes attendaient un résultat positif, malgré les charges d'intégration pour CP Ships.

Sur l'ensemble de l'année, le bénéfice d'exploitation de la division de transport maritime sera "de façon significative" inférieur à celui de 2005 (278,5 millions d'euros). En revanche, ceux de la division tourisme devraient dépasser en 2006 ceux de 2005 (360 millions), a réaffirmé TUI.

L'activité vedette du groupe a affiché une performance un peu meilleure qu'attendu par les analystes au deuxième trimestre, profitant d'un effet de calendrier: le long week-end de Pâques, propice aux voyages, est tombé en avril contre mars l'an passé.

La division tourisme a dégagé un bénéfice d'exploitation de 152 millions d'euros, en hausse de 31% sur un an, pour un chiffre d'affaires de 3,64 milliards (+4%). Le groupe est malgré tout toujours déficitaire dans la région Europe occidentale (France, Belgique, Pays-Bas). L'épidémie de Chikungunya pèse sur les départs pour la Réunion, une destination importante pour les touristes français.

La situation n'est pas brillante non plus sur le front des réservations, qui semblent avoir souffert de la Coupe du Monde de football: en termes de chiffre d'affaires, elles sont supérieures de seulement 0,6% à leur niveau d'il y a un an. Début mai, TUI affichait une hausse de 0,9%.

photo belga

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés