TUI conforte sa première place en Europe en épousant First Choice

La consolidation se poursuit dans le tourisme: l'allemand TUI va se marier avec le britannique First Choice, confortant ainsi sa place de leader européen menacée par le récent rapprochement entre les concurrents Thomas Cook et MyTravel.TUI va fusionner en août ou en septembre sa division de tourisme avec First Choice, ont annoncé les deux groupes lundi.

(afp) TUI conservera 51% de la nouvelle société, baptisée TUI Travel, basée en Grande-Bretagne et cotée à Londres."Nous créons ainsi le groupe de voyages le plus grand et l'un des plus profitables dans le monde", s'est félicité le patron de TUI, Michael Frenzel, lors d'une conférence de presse à Hambourg (nord de l'Allemagne).Sur la base des résultats 2006, TUI Travel pèsera 18 milliards d'euros de chiffre d'affaire annuel, pour un bénéfice d'exploitation (Ebita) de quelque 475 millions.

TUI était plus ou moins obligé d'agir. Le numéro deux européen du voyage Thomas Cook avait nettement réduit l'écart en annonçant il y a un mois son mariage avec un autre britannique, MyTravel. Cet ensemble, qui verra le jour en juin au plus tard, affichera un chiffre d'affaires de 12 milliards d'euros.Thomas Cook, passé tout près de la faillite fin 2003, a en outre bouclé avec succès sa restructuration et recommence à gagner des parts de marché. TUI en revanche a accusé l'an passé une lourde perte nette de 847 millions d'euros, plombé par des difficultés dans son autre grande activité, le transport maritime, par la réévaluation en forte baisse d'actifs dans le tourisme et par des coûts de restructuration.

TUI avait encore annoncé en décembre 3.600 suppressions d'emplois d'ici 2008, dont l'essentiel en Grande-Bretagne."Le secteur européen du tourisme est dans une phase de consolidation - et nous voulons y participer activement", a commenté lundi Michael Frenzel, reconnaissant avoir "sondé le marché depuis déjà un certain temps". Avec First Choice, "nous renforçons notre position de leader européen et nous renforçons dans le segment à forte croissance du tourisme spécialisé".

Les deux groupes sont complémentaires. "TUI est leader du marché pour le voyage à forfait classique au bord de la mer", a souligné Peter Long, patron de First Choice qui prendra la tête de TUI Travel. Le groupe de Hanovre va apporter dans la corbeille de mariage ses voyagistes et ses compagnies aériennes (mais pas ses hôtels), ainsi que 875 millions d'euros de dettes et d'obligations en terme de retraites."First Choice s'est développé avec succès ces dernières années sur les voyages modulaires (où le client compose lui-même son forfait en choisissant son vol, son hôtel, les prestations sur place) et les marchés de niche" comme l'affrêtage de yatchs, les vacances sportives ou à thème, a poursuivi Peter Long.

L'union avec First Choice va en outre permettre à TUI de prendre pied sur le marché touristique nord-américain, et de se renforcer en France où il se plaint depuis plus d'un an de performances insuffisantes.L'opération était saluée par les boursiers. A Francfort, l'action TUI décollait de 10,54% à 18,25 euros vers 10H30 GMT, First Choice s'adjugeait à Londres 9,15% à 310 pence.

Les salariés risquent de moins apprécier. TUI a dit ne pas pouvoir chiffrer pour l'instant le nombre de suppressions d'emplois entraînés par la fusion. Il a juste assuré qu'aucun poste n'était concerné dans l'immédiat en Allemagne, et que c'est en Grande-Bretagne que se manifesterait la majorité des synergies. Celles-ci sont évaluées à environ 146 millions d'euros et devraient atteindre leur plein effet d'ici trois ans.

Photo belga

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés