Une mer de verre pour couvrir la rue Neuve

Un toit de verre pour protéger les chalands de la rue Neuve à Bruxelles.

Faire de l'artère le plus grand shopping mall d'Europe. C'est le projet de Philippe Close, échevin du tourisme de Bruxelles

Bruxelles (L'Echo) - C’est la plus chère du Monopoly et  la plus fréquentée du Royaume. Mais elle est également la mal-aimée des Bruxellois, qui la considèrent  comme une artère vieillissante et délaissée. La rue Neuve cultive les paradoxes.

Pour Philippe Close, l’heure est donc venue de lui offrir une deuxième jeunesse. Comment ? En faisant de la rue Neuve, le plus grand shopping mall d’Europe.  Ou plutôt intégrer la rue Neuve dans un trio couvert :  rue Neuve- City 2- Inno.

 «Il est temps d’oser faire des choses innovantes à Bruxelles », explique Philippe Close. D’où cette idée,  de profiter des projets de réaménagement de la place Rogier et de la place de la Monnaie pour également offrir à la rue Neuve le lifting dont elle a tant besoin.  Et en fait de cure de jeunesse, c’est un toit que veut offrir Philippe Close à la rue Neuve.

 « Le projet consiste à recouvrir l’ensemble de la rue Neuve de grandes plaques de verre qui formeraient des vagues successives », explique Karel Lowette, du bureau d’architecte Lowette. Ces plaques seraient soutenues par des barres métalliques attachées sur les façades des maisons, qui bordent l’artère commerçante. 

 «L’idée est de construire le plus grand shopping d’Europe sans qu’on rase ce qui existe pour  reconstruire  de neuf», ajoute Philippe Close.  

 Actuellement,  en cas d’intempéries, les passants limitent leur escapade shopping au City 2, à l’Inno, à la passerelle. Mais  la rue Neuve est alors délaissée. Cette « couverture » réglerait ce problème.

 Mais attention, le commerce n’est pas l’unique priorité des initiateurs du projet. « Nous savons d’expérience qu’un piétonnier commerçant ne marche pas si les étages ne sont pas habités. Cela crée un sentiment d’insécurité. C’est pourquoi, ce projet  doit s’inscrire dans une réflexion globale sur la réaffectation des étages des commerces en habitation et dans une réurbanisation de la rue Neuve », explique l’échevin du tourisme.  Et d’ajouter que 140 logements sont actuellement en cours de rénovation.

 Comme le souligne Philippe Close, le projet n’en est encore qu’à ses débuts. Le financement n’a pas encore été bouclé. Mais l’objectif est de lancer enfin une réflexion sur l’avenir de la rue Neuve.

 

A-S.B.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés