VW demande à ses collaborateurs de rendre l'argent indûment gagné

Le groupe automobile allemand Volkswagen a demandé à ses collaborateurs soupçonnés d'avoir touché des pots-de-vin de la part de l'équipementier français Faurecia de lui restituer l'argent indûment gagné, a-t-il indiqué samedi.

(afp) La direction de Volkswagen (VW) a "fait valoir avec succès" une demande d'indemnités auprès de ses salariés impliqués dans le scandale, a précisé un porte-parole du groupe, confirmant ainsi des informations du magazine Der Spiegel à paraître lundi.

Selon le Spiegel, VW considère avoir subi un manque à gagner du fait de ce scandale, car il part du principe que le montant des contrats conclus avec Faurecia a été augmenté du prix des dessous-de-table.

Le porte-parole de VW s'est toutefois refusé samedi à donner des précisions sur le montant des sommes qu'aurait récupéré le groupe.

Selon le magazine Focus à paraître lundi, la filiale espagnole de VW, Seat, serait également dans le collimateur de la justice allemande dans le cadre de ce même scandale.

"Le parquet de Francfort enquête contre un acheteur de haut niveau de la filiale espagnole de VW. Lui aussi est soupçonné d'avoir touché des pots-de-vin de l'équipementier français Faurecia", écrit Focus, précisant que ce responsable n'est pas encore au courant des soupçons dont il fait l'objet.

Aux côtés de Faurecia, la justice s'intéresse également à un autre équipementier, le fabricant allemand de systèmes acoustiques HP Pelzer, selon Focus.

Révélé par la presse en début de semaine, ce dossier a pris une nouvelle dimension avec la confirmation par la justice allemande qu'elle enquêtait contre Faurecia, et contre son Pdg Pierre Lévi, qui a avoué avoir été informé de cette affaire de corruption depuis 2001. Parmi les constructeurs dont des responsables auraient perçu des dessous-de-table, sont cités VW, Audi et BMW.

(photo: belga)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés