Wal-Mart annonce un bénéfice net en chute de 26%, plombé par la cession en Allemagne

Le numéro un mondial de la distribution, l'américain Wal-Mart, a annoncé mardi une baisse de 26% de son bénéfice net au deuxième trimestre 2006/07 à 2,08 milliards de dollars, en raison d'une lourde provision liée à la cession de sa filiale allemande en juillet.

(afp) En raison de cette cession au leader du marché allemand Metro, Wal-Mart a inscrit une charge pour dépréciation d'actifs de 863 millions de dollars, a-t-il précisé dans un communiqué.

Le groupe a aussi rappelé s'être retiré du marché sud-coréen au cours du trimestre (clos le 31 juillet), mais n'a pas mentionné de charge liée à ce désengagement.

En retenant un périmètre comparable, le groupe a fait état d'une progression de 4,6% sur un an de son bénéfice, à 2,98 milliards de dollars, soit 72 cents par action. Cette valeur de bénéfice par action (BPA) est précisément celle qu'attendaient les analystes financiers, d'après le consensus First Call.

Pourtant les analystes se sont pour la plupart dits déçus par ces résultats, soulignant notamment une faible progression des ventes aux Etats-Unis et une prévision de rentabilité très timide pour le trimestre en cours.

Vers 16H45 GMT, à la mi-séance à Wall Street, l'action Wal-Mart cédait 1,69% à 44,34 dollars, tandis que l'indice Dow Jones, dont elle est un des trente composants, avançait de 0,92%.

Le numéro un mondial de la distribution a dit s'attendre pour son troisième trimestre (entamé le 1er août) à un BPA dans la fourchette 59-63 cents, alors que le consensus de First Call est pour l'instant fixé à 63 cents.

"Wal-Mart va continuer selon nous à faire face à des vents contraires en raison de problèmes tels les prix élevés de l'essence", freinant les dépenses de consommation courantes, ont indiqué les analystes de AG Edwards.

De son côté la banque JP Morgan a regretté une progression de "seulement 1,7%" sur un an des ventes à nombre de magasins comparables aux Etats-Unis, après +3,8% au premier trimestre. Wal-Mart s'attendait à une progression à 2-2,4%, a rappelé la banque.

"Certains des problèmes affectant nos clients, comme les prix plus élevés pour les matières premières et le carburant, se reflètent (par ricochet) sur beaucoup d'entreprises dont Wal-Mart", a déclaré le PDG du groupe Lee Scott, cité dans le communiqué.

Lors du trimestre sous revue, le chiffre d'affaires global est ressorti à 84,52 milliards de dollars (+11,3%), là où les analystes s'attendaient à 86,24 milliards, toujours d'après First Call.

Wal-Mart a souligné que la progression de 32% de ses ventes à l'international --à 18,66 milliards soit 22% du total-- s'expliquait par l'impact positif de trois "acquisitions" réalisées au cours du trimestre.

Le groupe a augmenté à environ 53% sa participation dans la chaîne japonaise Seiyu, a racheté une enseigne au Brésil (Sonae Distribuicao Brasil) et a pris le contrôle de la holding Carhco chapeautant ses magasins en Amérique centrale en grimpant à 51% du capital, a-t-il détaillé.

Malgré un optimisme très mesuré pour le troisième trimestre, Wal-Mart a réaffirmé mardi sa prévision de BPA pour l'ensemble de l'exercice 2006/07 (clos fin janvier), ce dont les analystes de JP Morgan se sont dits "surpris".

Wal-Mart a répété que son BPA devrait s'afficher entre 2,88 et 2,95 dollars, là où le marché table pour l'instant sur 2,92 dollars.

Sur les six premiers mois de l'exercice, le bénéfice net ressort en baisse de 10,8% à 4,7 milliards de dollars, pour un chiffre d'affaires de 163,36 milliards (+11,9%).

Le bénéfice semestriel a moins souffert de l'impact de la cession en Allemagne, en partie compensé par deux gains exceptionnels pour un montant total de 145 millions net d'impôts.

(photo: belga)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés