Publicité

Câblos-wallons: Brutélé absorbé par l'ALE

L'ALE ne va pas procéder au rachat de Brutélé mais bien à une fusion par absorption, a précisé jeudi le président de l'intercommunale liégeoise, André Gilles, à l'agence Belga.

(belga) En novembre 2005, les câblo-opérateurs ALE (Liège) et Brutélé (Bruxelles et Charleroi) avaient fédéré leurs réseaux de distribution afin d'être plus performants en Wallonie. L'année suivante, ils ont créé un Groupement d'Intérêt Economique (GIE) et se sont réunis sous l'appellation "VOO" pour lancer le "triple pay", c'est-à-dire une combinaison du téléphone, de la télédistribution et d'internet. Jusqu'à présent, 7.000 clients ont déjà souscrit un abonnement à cette formule.

Le GIE s'est porté candidat acquéreur au rachat des 7 intercommunales mixtes en Wallonie et à Bruxelles, ainsi que d'Ideatel. Aucun obstacle juridique ne s'opposant à la transaction et toutes les intercommunales ayant donné leur accord, l'opération d'acquisition va prochainement débuter. Une somme de 475 millions d'euros sera consacrée à celle-ci. VOO a également réalisé l'an dernier une alliance avec iNDi, qui regroupe quatre intercommunales flamandes.

Lorsque toutes les opérations seront concrétisées, le holding composé de l'ALE et de Brutélé, dont le nom est encore actuellement gardé secret, détiendra l'ensemble du câble wallon, un tiers du câble bruxellois et une partie du câble flamand, soit 52 pc du câble belge, représenté par 2,1 millions de clients. "Nous prouvons ainsi que nous avons levé tous les obstacles qu'on nous opposait", a conclu le président de l'ALE, André Gilles.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés