Nanocyl n’exclut pas une IPO pour lever entre 30 et 60 millions EUR

Premier producteur indépendant en Europe -et sans doute au monde- de nanotubes de carbone commercialisés sous diverses formes et applications dans le monde entier Nanocyl a incontestablement le vent en poupe. Avant la fin de l'année, ses dirigeants décideront de l'option retenue pour lever entre 30 et 60 millions d'euros.

Bruxelles (L'Echo) - " D'ici six mois mais  certainement avant la fin de l'année, le conseil  de Nanocyl décidera de l'option retenue pour lever entre 30 et 60 millions d'euros ", explique Baudouin Dubuissson, président et co-fondateur de la PME Nanocyl.
Premier producteur indépendant en Europe -et sans doute au monde- de  nanotubes de carbone commercialisés  sous diverses formes et applications  dans le monde entier (positions très fortes en Asie),  Nanocyl  a  incontestablement le vent en poupe.
Dans l'attente de cette  augmentation de capital, un emprunt convertible de 4 millions EUR, réservé à ses actionnaires actuels (CNP, SRIW, Jean  Stéphenne en nom propre , Start-It, Bois Sauvage et Baudouin Dubuisson pour citer les principaux) est en cours.
" Une opération tampon parce que nous sommes manifestement en phase de décollage industriel, les grandes options relatives  à notre déploiement industriel, commercial et de R & D devant être définitivement fixées  dans le courant de cette année " explique  encore Dubuisson.
Avec un réacteur à Sambreville pour la production industrielle qui, optimalisé,  permettra de porter  les volumes  dès cet exercice  à 50, voire 60 tonnes de produits (poudres et dérivés divers à plus haute valeur ajoutée), Nanocyl doublera aisément son chiffre d'affaires en 2008 (un peu moins d'un million en 2007).
" Avant la fin de l'année, nous déciderons d'implanter un nouveau réacteur,  à plus grosse capacité de production, ou un autre équipement mais pour d'autres types d'application de nanotubes de carbone " précise Francis Massin, directeur général.

Trois pistes à l'étude

Selon Baudouin Dubuisson, les nouveaux moyens  à lever via une IPO (sur le premier marché), un placement privé ou avec les actionnaires actuels,  seront prioritairement affectés  à   de la recherche appliquée,   à des efforts, qualifiés d' " essentiels ",  de commercialisation " pour suivre les demandes pointues de nos clients  dans des secteurs comme l'électronique ou l'automobile " et enfin à des accroissements de production.
" Il faut répéter à ce stade que le choix du mode de financement n'est pas arrêté mais dépendra beaucoup de l'évolution des marchés  dans le courant de l'année mais aussi du  degré de consensus que nous pourrons dégager entre tous les actionnaires " souligne encore le président du conseil.
Dans l'ensemble de ses démarches,  Nanocyl bénéfice de l'appui de la banque ING,  associée pour la circonstance à Fortis et Petercam.

Hugo LEBLUD

 

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés