Publicité

Punch supprime 100 emplois à Saint-Trond

Punch International va procéder à un licenciement collectif "dans toutes les catégories de personnel" de son usine de Saint-Trond, Punch Powertrain. Celle-ci "a été touchée par la crise du secteur automobile", indique le holding diversifié. Ce site emploie 220 travailleurs au développement et à la fabrication de transmissions à variation continue pour les voitures.

Bruxelles (L'Echo) - Le holding industriel diversifé Punch International va supprimer 100 emplois dans le cadre de la restructuration de son usine Punch Powertrain à Saint-Trond, peut-on lire ce vendredi dans un communiqué de presse.

Punch va procéder au licenciement collectif "dans toutes les catégories de personnel", indique le groupe flamand, dont le siège est à St-Martens-Latem. "Punch suit la procédure légale et travaille à la recherche d'une solution acceptable pour toutes les parties concernées", ajoute-t-il.

Vers 11h20, le titre de Punch International bondissait de 3,25% à 10,17 euros.

CRISE DU SECTEUR AUTOMOBILE

L'usine de Saint-Trond emploie 220 travailleurs au développement et à la fabrication de transmissions à variation continue pour les voitures. 

"Punch Powertrain a été touchée par la crise du secteur automobile", indique le groupe. "Toutefois, à la lumière du chiffre d'affaires qui devrait être atteint grâce à de nouveaux constructeurs asiatiques, les coûts restent inchangés à ce jour". Le site chinois est opérationnel depuis septembre 2008.

CHIFFRE D'AFFAIRES 2008 EN HAUSSE

Punch International, actionnaire de Punch Telematix et de Punch Graphix, avait pourtant vu son chiffre d'affaires progresser de 3% à 341,5 millions d'euros en 2008. Ces résultats avaient été fortement influencés par la transaction qui a vu l'immobilier du groupe être repris par Accentis.

"Le licenciement collectif vise à réduire le coût de Punch Powertrain et à s'adapter au marché pour garantir la continuité de l'entreprise", dit encore le communiqué.

Vu la crise économique et financière actuelle, Punch ne formule toujours pas de prévisions pour l'exercice en cours.


Vincent Georis
vincent.georis@lecho.be
(C) - L'Echo

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés