Publicité

Siemens réalise un bon 1er trimestre malgré une sérieuse amende

Siemens a annoncé jeudi de bons résultats trimestriels, même si une amende de l'UE a plombé son bénéfice net, mais ils devraient passer à l'arrière-plan alors que le groupe allemand doit répondre devant ses actionnaires de la plus grosse crise de son histoire.

D'octobre à décembre, premier trimestre de l'exercice décalé 2006/07, le bénéfice net a reculé de 16% en glissement annuel, à 788 millions d'euros. Les analystes interrogés par l'agence financière AFX News tablaient sur un bénéfice net de 973 millions, mais c'était sans compter sur une charge exceptionnelle de 423 millions arrivée à la dernière minute.

Siemens s'est en effet vu infligé mercredi par la Commission européenne une amende record de 418 millions d'euros, pour avoir participer à une entente illégale sur les prix dans les appareillages électriques. Le groupe a annoncé un recours devant la Cour européenne de justice, mais il n'est pas suspensif.

Siemens avait prévenu dès mercredi que la charge serait passée dans ses comptes du premier trimestre.

Le bénéfice d'exploitation a dépassé les attentes en augmentant de 51% sur un an, à 1,631 milliard d'euros, comme le chiffre d'affaires qui a grimpé de 6% à 19,068 milliards. Les entrées de commandes affichent une croissance de 4%. Le groupe a aussi réaffirmé que toutes ses divisions atteindraient au deuxième trimestre les objectifs de marge qui leur sont fixés. Quatre d'entre elles étaient encore au-dessous au premier trimestre.

Les actionnaires, qui se réunissent en assemblée générale à partir de 09H00 GMT, risquent toutefois de n'en avoir cure, et de surtout demander des comptes à la direction du groupe, ébranlé ces derniers mois par une série de scandales, de la faillite de son ancienne division de téléphones portables à un vaste affaire de caisses noires et de corruption au niveau international.

Plusieurs associations d'actionnaires ont annoncé qu'elles refuseraient de voter la confiance à la direction, une mesure purement symbolique mais susceptible de porter un coup supplémentaire à l'image de Siemens, déjà au plus bas alors que le groupe a longtemps fait l'orgueil de l'économie allemande.

Photo Belga

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés