Toshiba abandonne la guerre du DVD

Le groupe japonais envisage d'abandonner le développement et la commercialisation du format de DVD HD-DVD, celui de son concurrent Sony, le Blu-Ray, ayant remporté ces derniers mois une série de victoires sans appel. L'américain Wal-Mart a ainsi annoncé qu'il ne commercialiserait plus que du Blu-Ray.Selon les médias, un abandon total du HD-DVD coûtera à Toshiba plusieurs centaines de millions d'euros.

Officiellement, Toshiba continuait lundi à affirmer, selon une porte-parole, qu'"aucune décision officielle n'a encore été prise" à ce sujet.

Les analystes, pour leur part, donnent le HD-DVD pour mort et enterré depuis que les studios Warner, premiers vendeurs de DVD aux Etats-Unis, ont annoncé de façon fracassante en janvier qu'ils n'utiliseraient que le format Blu-ray.

Le coup de grâce a été porté vendredi par le géant américain de la distribution Wal-Mart, qui s'est lui aussi rallié exclusivement au Blu-ray, rejoignant dans le camp Sony la chaîne de distribution Best Buy et les studios de cinéma 20th Century Fox, Metro-Goldwyn-Mayer, Disney et Lionsgate.

Le HD-DVD, actuellement moins cher à produire que le Blu-ray mais à la capacité de mémoire plus limitée, reste soutenu jusqu'à présent par Intel et Microsoft dans l'informatique, par les studios de cinéma Universal et par plusieurs fabricants de produits électroniques chinois.

L'appui des studios de cinéma hollywoodiens s'est révélé décisif pour le Blu-ray, qui contrôle désormais environ 70% des films américains. "Sans l'appui des distributeurs de films, les lecteurs de DVD ne sont qu'une boîte vide", explique Yuichi Ishida, analyste chez Mizuho Investors Securities.

Battu par Sony, "Toshiba a le choix entre se retirer ou bien lancer des machines compatibles à la fois avec les disques HD-DVD et Blu-ray. Mais pour des raisons de rentabilité, le groupe doit décider de se retirer", juge-t-il.

Selon lui, Toshiba, un énorme conglomérat industriel dont les activités vont des semi-conducteurs jusqu'aux réacteurs nucléaires en passant par les PC et les ascenseurs, pourra se remettre sans trop de mal de ce coûteux fiasco.

"Toshiba est un excellent fabricant de composants électroniques. Je pense qu'ils misent sur ce secteur pour assurer leur prospérité. Abandonner complètement un produit n'est pas une mauvaise solution", ajoute M. Ishida.

Le HD-DVD a été conçu par Toshiba et NEC, et le format concurrent Blu-Ray Disc par Sony avec le soutien de Matsushita (marque Panasonic) et Sharp.

Faute d'entente pour créer un format commun, les deux camps rivaux avaient décidé de laisser le marché trancher. Cette guerre sans merci a rappelé celle qui avait opposé dans les années 1980 les formats de cassettes vidéo Betamax --soutenu à l'époque par Sony-- et VHS. Le VHS avait fini par s'imposer.

Les analystes expliquent la victoire de Sony par l'attitude beaucoup plus ouverte qu'il a adoptée dès les premiers stades du développement du Blu-ray.

De nombreux grands groupes (Royal Philips, Hitachi, Pioneer, Samsung Electronics, etc.) se sont ainsi ralliés très tôt à son camp, lui procurant un avantage commercial décisif. De plus, Sony a choisi d'équiper de lecteurs Blu-ray ses consoles de jeux vidéo de nouvelle génération PlayStation 3.

La bataille entre les formats DVD apparaît toutefois moins emblématique que celle d'il y a vingt ans entre les formats vidéo, qui avait révolutionné la façon dont les gens regardent la télévision. A l'ère du téléchargement sur internet, posséder un lecteur de DVD n'est en effet plus une nécessité.

"A l'avenir, le téléchargement de films sur les ordinateurs personnels s'imposera. Le modèle antérieur est en train de s'écrouler", estime M. Ishida, l'analyste de Mizuho Investors Securities.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés