Zenitel veut lever jusqu'à 19,8 millions d'euros d'argent frais

A cet effet, l'entreprise va émettre de nouvelles actions qui seront proposées aux investisseurs dès ce mercredi, jour où le titre Zenitel sera par ailleurs coté ex-coupon.

Bruxelles (L'Echo) Comme révélé fin mars par le "Tijd", le groupe belge coté Zenitel, qui est spécialisé dans les télécommunications critiques (urgences, aéroports, métros, transport maritime...), veut lever de 7,5 à 19,8 millions d'euros d'argent frais.

Comment? Sans surprise, via l'émission de nouvelles actions proposées aux investisseurs dès demain mercredi, jour où le titre Zenitel sera par ailleurs coté ex-coupon.

Si l'option de surallocation de 10% n'est pas levée, l'augmentation de capital de Zenitel atteindra au mieux 18 millions d'euros.

Zenitel, qui a tenu une conférence de presse ce mardi midi, poursuit plusieurs objectifs. L'entreprise (600 équivalents temps plein), qui n'a pas souhaité ventiler de manière précise ses besoins, veut prioritairement doper ses activités dans les réseaux mobiles sécurisés TETRA (en Belgique et aux Pays-Bas essentiellement) et dans la VoIP (Voice over IP). Deux niches investies en 2005... après une augmentation de capital de 15 millions d'euros.

Mais ce n'est pas tout. Le groupe présidé et dirigé depuis deux ans par Franck Donck souhaite aussi poursuivre la restructuration entamée à l'époque, renforcer son bilan et absorber son déficit de liquidités. Il faut dire que son cash-flow opérationnel était négatif de 4,18 millions d'euros en 2006 (contre 4,85 millions un an plus tôt) et que les charges de ses dettes atteignait 21,6 millions d'euros (14,9 millions en 2005).

Comme déjà indiqué hier via ce site, la société basée à Zellik et conseillée dans ce dossier par la banque KBC a fixé sa fourchette de prix entre 2,6 et 3,2 euros par action, soit une ristourne de 8,6 à 25,7% par rapport au cours de clôture de lundi (3,5 euros).

Sur les 18 millions d'euros qui constituent l'offre de base, les actionnaires actuels de Zenitel, aux premiers rangs desquels les sociétés 3D (24,72%) et De Wilg (14,85%), qui appartiennent respectivement à la famille de Franck Donck et à Dirk Van Tricht (directeur) et agissent de concert, bénéficient d'une tranche prioritaire de 13 millions d'euros.

La tranche libre, elle, sera réservée au moins à 15% pour les actionnaires particuliers, le solde étant accessible aux institutionnels.

Les actionnaires de référence de Zenitel (3D et De Wilg) ont marqué leur volonté de lever l'option sur leurs droits de souscriptions préférentiels. Il s'agit donc pour ces deux actionnaires, qui ont accepté un lock-up classique de 180 jours après la première cotation des nouveaux titres (11 mai, sauf clôture anticipée), de prendre une part de 39,6% dans la tranche préférentielle. Même si les attitudes spécifiques de 3D, qui se réserve le droit d'acheter aussi dans la tranche libre, et de De Wilg n'ont pas été dévoilées.

La procédure de souscription débute ce mercredi 25 avril et se clôture le 3 mai pour la tranche prioritaire et le 7 mai pour la tranche libre.

L'offre publique lancée par Zenitel, qui pourrait réduire le free float de 59,3% à 39,4% et la part des actionnaires de référence de 39,6% à 32,8%, lui coûtera environ 0,76 million d'euros. Les investisseurs détermineront ce qu'elle lui rapportera...

Photo Belga

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect